SUSPENSION DE L’EXPLOITATION ET DE LA COMMERCIALISATION DU FAUX TECK AU TOGO : L’ANCE –TOGO SOUTIENT LE GOUVERNEMENT

Le faux teck appelé « bois ou essence de vène » ou « pterocarpuserinaceus » est très apprécié pour ses vertus thérapeutiques ou à des fins commerciales. La  surexploitation, l’exploitation illégale de cette espèce végétale tout comme l’inefficacité des plans de gestion des écosystèmes forestiers peuvent entrainer à terme sa disparition. Les rapports indiquent en effet que « sur les milliers de madriers saisis par l’administration forestière environ 85% sont des faux tecks ». Le faux teck occupe une place prépondérante dans la couverture forestière mais surtout dans l’économie nationale. Cette problématique de surexploitation, et d’exploitation illégale  de faux teck devient préoccupante pour la préservation de l’environnement.
C’est dans le souci de préserver la biodiversité que l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), une ONG de développement durable, à statut consultatif auprès des Nations Unies, a élaboré en 2014, le guide juridique pour l’application de la loi sur la flore au Togo. Aujourd’hui, l’ANCE –Togo est plus que déterminée aux côtés du gouvernement,  pour lutter pour la préservation de  l’environnement. Elle félicite le gouvernement  pour l’initiative de moratoire provisoire sur l’exploitation et la commercialisation du faux teck, prise en conseil des ministres, qui vient répondre parfaitement aux enjeux soulevés précédemment.
Une détermination affichée devant les professionnels des médias ce mardi 09 aout 2016, à Lomé. « Nous souhaiterions donc mettre notre expérience, notre savoir- faire, nos compétences ainsi que notre réseau au service de la préservation du faux teck, initiée brillamment par le gouvernement » a laissé entendre, M. Fabrice Kodjo EBEH, directeur Exécutif de l’ANCE-Togo, lors de cette rencontre avec les médias. Dans la logique de ce ferme engagement à lutter contre cette exploitation illégale : « Notre ONG, engagée dans la protection de l’environnement est prête à accompagner cette initiative et espère collaborer avec le ministère de l’environnement et des ressources forestières pour la bonne application de cette mesure » a conclu M. Fabrice Kodjo EBEH.
L’ANCE –Togo, recommande, en outre, la réalisation d’un inventaire du faux teck existant (déjà coupé) ; l’intégration du Togo à la procédure de traçabilité FLEGT avec l’Union Européenne ; l’étiquetage et l’identification du faux teck pour leur traçabilité et surtout  la promotion de l’application stricte de la loi sur la flore au Togo.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire