Alberto Olympio rejette sa condamnation et annonce des poursuites contre des juges

Alberto Olympio, le président du Parti des togolais (PT) a rejeté mercredi sa condamnation par la justice togolaise  à 5 ans d’emprisonnement ferme, 9 millions d’euros pour préjudices subis et 1.350.000 euros de dommages et intérêts.
Dans un communiqué publié quelques heures après la décision du tribunal correctionnel de Lomé, M. Olympio indique qu’il ne reconnaît aucun des faits pour lesquels la justice togolaise le condamne, à l’issue d’une procédure dont la légalité et l’équité sont clairement mises en cause. 
« Depuis son point de départ jusqu’à cette première conclusion, cette procédure est en total déphasage, non seulement avec le droit, mais surtout avec la logique et le bon sens. Aucune des parties engagées dans cette procédure n’est dupe, les togolais encore moins », lit-on dans le communiqué. 
Promettant une prochaine réaction de ses avocats, Alberto Olympio précise que les procédures qu’il a initiées contre les magistrats en charge du dossier sont maintenues. 
« La collusion entre l’accusation et ces derniers en vue d’obtenir une condamnation au mépris des règles et des procédures du droit sera démontrée », a-t-il dit. 
Le président du Parti des togolais rassure les membres et sympathisants de sa formation politique que cette décision judiciaire n’aura aucun impact sur les activités du Parti, ni sur la lutte entamée depuis 2014 pour l’amélioration des conditions de vie des Togolais et pour la libération du Togo.
« L’agenda et le calendrier des actions pour la rentrée sont maintenus. Ayant anticipé les évènements présents, les dispositions nécessaires ont été prises en amont pour que notre parti, plus que jamais, se dote des moyens d’aller jusqu’au bout de son combat », indique le communiqué. 
M. Olympio invite ses militants à ne pas perdre de vue l’objectif principal qui est la lutte pour l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit au Togo. 
« Cet objectif est la priorité absolue et aucune manœuvre ne pourra arrêter le processus amorcé. Aucune condamnation, aucune intimidation, aucune pénalité financière quelle que soit son montant, ne pourra stopper le l’élan du Parti des Togolais, résolument en marche et programmé pour arriver à destination », conclut Alberto Olympio.
Rappelons que le président du Parti des Togolais est accusé par Cauris Management de disposer frauduleusement d’une somme de 6 milliards de francs CFA au mépris des statuts et des droits des associés, d’user de faux documents pour obtenir un crédit et de renseignements inexacts et le détournement de crédit.
La justice togolaise avait préalablement requis un non-lieu. Mais quelques semaines après, le réquisitoire a disparu du dossier, contre toute logique.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire