DEUX TRAFIQUANTS D’IVOIRE NIGÉRIANS SOUS LE COUP DE LA LOI, UNE PROUESSE DE LA JUSTICE ENVIRONNEMENTALE TOGOLAISE !


Tout le mérite revient au juge du Tribunal de Première Instance d’Aného pour sa décision rendue le mercredi 09 Novembre 2016, condamnant  les sieurs OMOROU Labarame et ABOUBAKAR Idris trafiquants d’ivoire, à des peines d’emprisonnement et d’amende, pour des faits de trafic illicite d'Ivoire.


En guise de rappel, les coupables ont été appréhendés le vendredi 1er Juin 2016, lors d’une opération menée conjointement par la Police Judiciaire et l’équipe du projet Togo Application de la Loi sur la Faune et la Flore (TALFF) de l’ONG ANCE-Togo, en flagrant délit d’exportation et de transit illicites de 124,2 Kg d’ivoire (trophée d’une espèce intégralement protégée au Togo)
Suite à l’audience publique et contradictoire devant le Tribunal de Première Instance d’Aného le mercredi 09 Novembre 2016, les sieurs OMOROU Labarame et ABOUBAKAR Idris ont été reconnus coupables des faits qui leur sont reprochés.

Sur l'action publique, ils ont été condamnés à douze(12) mois de prison dont huit (8) assortis de sursis et au versement un (01) million d'amende au profit de la Direction Régionale de l'Environnement et aux dépens.
Sur l'action civile, compte tenu du préjudice causé, les coupables ont été condamnés à verser une somme de cinq cent mille (500.000) f CFA comme dommages et intérêts.
Par ailleurs, leur véhicule et les ivoires sont été confisqués et mis à la disposition de la Direction Régionale de l'Environnement.

L’éléphant étant une espèce faunique en péril d’extinction au Togo, il jouit par conséquent d’une protection intégrale. C’est ainsi que l’abattage de l’éléphant, la détention, le transport, le transit, la commercialisation, l’importation, l’exportation sans autorisation de cette espèce ou de ses trophées sont formellement interdits par divers textes notamment le Code pénal, la loi-cadre sur l’environnement, le Code forestier.
Cette décision est un message  à l’endroit des trafiquants qui pensent à tort que notre territoire est un port de transit et qu’ils peuvent librement faire circuler sans impunité leur contrebande. La faune est un patrimoine commun, préservons-la! Chaque espèce a sa raison d’être dans l’écosystème. Que notre avidité ne bouleverse pas l’équilibre de la nature.

« L’éléphant est une espèce emblématique, pendant que nous le pouvons, évitons qu’il devienne un mythe pour les générations futurs comme c’est le cas pour nous quand on évoque les dinosaures »
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire