LA BAD PART EN GUERRE CONTRE LA CORRUPTION


Depuis le vendredi 28 octobre dernier, la BAD s'est dotée d'un outil performant pour lutter contre la corruption dans toutes ses formes. Cet outil qui est une plateforme a été présenté aux grandes entreprises africaines au cours d'un séminaire de haut niveau qui a eu lieu à Abidjan en Côte d'ivoire. 

Cette plateforme est une initiative de la Banque africaine de développement (BAD) et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle consiste à aider les entreprises africaines de toute taille à mettre en place des mesures pour prévenir la corruption et améliorer la qualité de leurs politiques de lutte contre la corruption.


En effet un grand nombre d’entreprises africaines n’ont pas encore mis en place de mécanismes de contrôle interne de conformité pour prévenir la corruption dans leurs transactions commerciales. Ce qui occasion de diverses formes de corruption. 


Cette initiative conjointe en faveur de l’intégrité dans la conduite des affaires et de la lutte contre la corruption en Afrique a emmené la BAD et l’OCDE à élaborer le Guide de conformité et de lutte contre la corruption pour les entreprises africaines. 

Ce guide est un outil pratique et concis qui aidera les entreprises africaines à s’assurer des mesures de contrôles adéquates dans les transactions.


L'élaboration de ce guide d'après le président de la BAD Akinwuna Adesina (photo),  est indispensable pour assurer la transparence en Afrique. 

« La transparence et la responsabilité constituent le socle de la bonne gouvernance économique, qui est elle-même le fondement d'une véritable transformation économique. C'est le devoir de tous les acteurs du continent, tant publics que privés de rompre la chaine de la corruption », a-t-il déclaré. 


« Les entreprises peuvent faire barrage à la corruption, un crime corrosif qui érode la force de nos économies et la confiance des citoyens dans nos institutions publiques et privées. En travaillant ensemble pour favoriser la transparence, le respect et la responsabilité, nous pouvons lutter contre la corruption et promouvoir des économies plus fortes, plus saines et plus justes sur le continent africain », a indiqué pour sa part Angel Gurría, secrétaire général de l’OCDE.

A travers ce guide une liste détaillée de contrôle est mise à disposition des entreprises africaine pour les aider dans la sensibilisation des employés à la loi, de développer une politique de lutte contre la corruption, de soutenir la mise en œuvre de cette politique de lutte contre la corruption
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire