LA CGCT PLAIDE POUR LA MISE EN PLACE DU CES


Le Togo s’est résolument engagé depuis plus d’une décennie sur  la voie de développement. Plusieurs réformes socio-économiques suivent  leurs cours même si les retombées tardent à venir. Les questions d’ordre social  sont débattues dans un cadre créé par le gouvernement : le Conseil National du Dialogue Social (CNDS). Un cadre tripartite permettant aux uns et aux autres de résoudre des problèmes d’ordre social. Mais malgré la normalisation du fonctionnement du Patronat, le CNDS demeure dans une léthargie qui  ne dit pas son nom.

Cet état de chose intrigue sérieusement la Confédération Générale des Cadres du Togo (CGCT) car selon le secrétaire général  de ladite confédération, M. Ephrem  Mokli TSIKPLONOU (photo),  « le dialogue social reste le seul moyen éfficace pour un devéloppement inclusif au Togo ». Au delà de la reprise du dialogue au sein du CNDS, la CGCT va plus loin. Elle réclame la mise en place effective du Conseil Économique et  Social (CES). Une institution prévue  par  la Constitution togolaise.

« La constitution de la IVeme République a institué dans ses articles 132 à 136, une assemblée  consultative dénommée  " Conseil Économique et Social ". Malgré les multiples problèmes socioéconomiques, la CGCT constate avec beaucoup de regret que cette institution tarde à se mettre en place. Conformément à la constitution, une loi organique délibérée et adoptée le 18 février 2011 par l’Assemblée Nationale a fixé la composition, l’organisation et le fonctionnement du Conseil Économique et Social. A ce jour,  cette loi n’ a toujours pas connu son exécution. Ce paradoxe amène la CGCT, dans un élan patriotique et participatif à établir le diagnostic selon lequel : le climat socioéconomique ne peut se stabiliser qu’avec la mise en place du Conseil Économique et Social » a poursuivi M. Ephrem Mokli TSIKPLONOU.

Cette institution de la République,  est considérée par la CGCT comme un cadre idéal d’action spécifique et de régulation des problèmes socioéconomiques. « C’est pourquoi, la Confédération Générale des Cadres du Togo, préoccupée et soucieuse du bien – être économique et social de l’ensemble de la population lance un appel pressant au gouvernement pour la mise en place effective du Conseil Économique et Social (CES) dans les plus brefs délais avec les moyens conséquents pour  son fonctionnement » a conclu , le secrétaire général de la CGCT.

En outre la CGCT  dans sa quête permanente de résolutions des problèmes sociaux, juge nécessaire de rappeler au gouvernement  la plate- forme revendicative qui mettait l’accent sur les questions relatives à la valeur indiciaire, à l’application des avantages contenus dans le décret d’application du statut général de la fonction publique, aux indemnités de départ à la retraite, à la situation très préoccupante des agents permanents.

Aussi  se préoccupe – t – elle, du sort des travailleurs de la zone franche, de la Société  Nouvelle des Phosphates du Togo (SNPT), surtout de WACEM, de FORTIA et bien d’autres entreprises qui sont martyrisées par les conditions de travail très déplorables.  Alors , le gouvernement est interpellé.

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire