LE SYSTÈME ÉDUCATIF TOGOLAIS EN ÉTUDE


Tant vaux l'école, tant vaut la nation. Une école de qualité est la garantie d’un avenir meilleur d'un pays. Le gouvernement togolais, pour assurer la qualité de l'enseignement, s'est assigné le devoir de passer en revue toutes les années le système éducatif. Depuis ce mercredi se tient à Lomé la 5eme revue. 

Ouvert ce mercredi, la cinquième revue sectorielle conjointe du secteur de l'éducation et de la présentation du rapport de l'évaluation PASEC 2014, prendra fin ce vendredi après 3 jours de travaux. 

Au cours de ces trois jours d'assises,  4 thématiques seront exposées et feront l'objet d'échanges. Il s'agit de comment maximiser le temps d'apprentissage dû aux élèves pour améliorer les performances scolaires dans l'enseignement primaire au Togo;  quel dispositif de formation des formateurs pour un système de l'enseignement technique et de la formation professionnelle plus efficace?  Quelle est la place de l'assurance qualité dans les institutions d'enseignement supérieur?  Et quelle prise en charge des enfants de 9-14 ans déscolarisés ou non scolarisés? 

Jetant un coup d'œil sur le système éducatif togolais,  le ministre Komi Tchakpélé des enseignements primaire et secondaire a reconnu que des progrès ont été réalisés mais beaucoup reste encore à faire. 

"Si des avancées significatives ont donc pu être réalisées, les défis à relever restent encore nombreux, pour que les différents chantiers entrepris par le gouvernement dans le secteur de l'éducation puissent permettre d'améliorer significativement l'accès à une éducation de qualité pour tous les enfants togolais,  depuis le préscolaire jusqu'à l'université" a-t-il relevé. 

Pour sa part, le secrétaire permanent sectoriel de l'éducation,  Akakpo Numada a indiqué que le but de la rencontre est d'attirer l'attention de tous les partenaires sur les enjeux de l'éducation au Togo. 

Notons que la rencontre réunit les acteurs du système éducatif togolais venus de tous les coins du pays. 

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire