LE TOGO ET LE BÉNIN FONT BLOC CONTRE LES CRIMINELS


Dorénavant il n'y aura plus de frontière entre les forces de sécurité béninoises et togolaises. Les deux entités s'engagent à faire bloc pour mettre leur grappin sur les délinquants partout ils se trouveront. C'est l'objet d'une rencontre qui se tient depuis mercredi à Lomé.

Selon le ministre togolais en charge de la sécurité, le colonel Yark Damehane (photo), compte  tenu de la grande proximité  entre les populations, les réalités socio-culturelles du Bénin et du Togo, les forces de sécurité des  deux pays font souvent face aux mêmes phénomènes criminels animés par les mêmes bandes de malfrats qui se déplacent facilement comme s'ils opéraient sur un même territoire. C'est ce doigté des malfrats que la rencontre de Lomé veut parvenir à neutraliser dorénavant.
" De nos jours, qu'on soit policier, gendarme, militaire et que sais-je encore du Bénin ou du Togo, les criminels doivent être perçus comme un ennemi commun à traquer avec sérénité et rigueur où qu'ils se trouvent", a ordonné le ministre Yark.
Ceci dit, il n'aura plus de refuge au Togo pour les délinquants qui, en échappant aux forces de sécurité publique du Bénin après la commission de leurs forfaits et vice-versa et y vivent dans l'anonymat.
" Notre combat commun est la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, le grand banditisme, le terrorisme, laquelle lutte ne peut être menée avec succès de nos jours, de façon individuelle et isolée", a reconnu Lafia Sacca, ministre de l'intérieur et de la sécurité publique du Bénin.
A terme de la réunion, il est recommandé des échanges en temps réel de renseignements entre services, l'organisation d'opérations conjointes de sécurité, des échanges culturels et sportifs entre services et la conduite de patrouilles conjointes entre autres.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire