CRISE SCOLAIRE: BAWARA HAUSSE LE TON ET BRAQUE LES ENSEIGNANTS

Depuis ce mercredi les enseignants de la fonction publique observent pour une cinquième fois une grève de 72 heures. Et pour une énième fois les élèves ont pris d'assaut les rues de la capitale et des différentes villes du pays. 

Vu l'ampleur de la situation,  les ministres Gilbert Bawara (photo) de la fonction publique et Komi Tchalpelé des enseignements primaire et secondaire se sont invités dans le journal télévisé de la chaîne nationale TVT. 

Pour les enseignants, parents et élèves qui suivaient le journal de 20H ce mercredi,  les émissaires du gouvernement seraient présents pour apporter la solution à la crise. Mais loin de là, les deux ont de par leurs propos envenimés la situation. 

Le ministre Gilbert Bawara par "arrogance" n'a hésité un seul instant a déclaré que " les enseignants en grève n'ont aucune existence légale" et que le gouvernement ne discutera avec des syndicats qui n’ont aucune base légale.  Et pourtant ils sont à leur 5em mouvement de grève et font descendre des élèves dans les rues dans tout le Togo. Pour les observateurs avisés, de tels propos sont loin de ramener la paix dans le pays. 

Au lieu de prévaloir le dialogue avec les enseignants, le ministre Bawara annonce des mesures drastiques pour ramener l’ordre dans les milieux scolaires. Pour lui, des dispositions seront prises pour permettre de contrôler les présences des enseignants et la dispensation des cours dans les établissements scolaires.

« La sécurité sera assurée, la sérénité sera garantie, les cours seront dispensés. D’une manière ou d’une autre, les mesures seront prises à cet effet, l’année scolaire sera assurée et ne sera pas une année scolaire au rabais parce que le gouvernement prendra toutes les dispositions pour que tous ceux qui ont envie de travailler, travaillent », a déclaré Gilbert Bawara.

Sur le même plateau, le ministre Komi Tchalpelé qui a en charge le secteur de l'enseignement, est quant à lui, malheureusement incapable de s'exprimer. Quel paradoxe? 


Le gouvernement togolais doit savoir qu'il a le pouvoir et l'obligation de ramener la paix dans le monde scolaire tout en acceptant de discuter avec les enseignants afin de trouver des solutions idoines à leur plateforme revendicative car « tant vaut l’école, tant vaut la nation ». 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire