FACE AUX PROBLÈMES DE LA CHEFFERIE TRADITIONNELLE AU TOGO, LE MMLK APPELLE AU RESPECT DES TEXTES

"Tel père tel fils" dit-on. Au Togo telle l'alternance à la tête du pays est difficile,  de même elle en est au niveau des collectivités locales. Ce comportement des dirigeants,  non seulement freine le développement du pays mais aussi est la source de division dans les communautés. Le Mouvement Martin Luther King (MMLK), la voix des sans voix dans un communiqué dont nous avons reçu copie, demande à bannir ces vieilles habitudes. 

Le non renouvellement des bureaux préfectoraux et chefferie traditionnelle constitue un grand problème dans les villes, cantons et villages.

 "Dans la plupart des localités, les problèmes liés à la chefferie traditionnelle sont de diverses formes et se posent avec acuité et de façon récurrente dont les conséquences déchirent et divisent les collectivités, les tribus et les familles" tel le MMLK soulève le problème. 

S'agissant du renouvellement des bureaux préfectoraux dans les préfectures,  le MMLK fait savoir que "la plupart des présidents de délégation spéciale ne sont pas élus par le collège des pairs mais imposés sauf quelques rares qui ont opté pour  la voie électorale". 


Il en donne pour exemple l'actuel président de la préfecture de Vo qui a été imposé il y a une  quinzaine d’années par un ex et feu ministre de la défense.

Vu tous les problèmes auxquels font face la population et les autorités pour des raisons de chefferie traditionnelle,  le MMLK du Pasteur Edoh Komi (photo), soucieux du maintien de la paix au Togo, en appelle au gouvernement,  le respect des textes qui régissent la chefferie traditionnelle et la désignation des présidents des délégations spéciales.




Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire