LA COOPEC-ET RENTRE DANS SA PHASE OPÉRATIONNELLE

Il y a de cela un peu plus de 2 ans, le gouvernement togolais a décidé de créer une Coopérative d’épargne et de crédit des enseignants du Togo (COOPEC-ET) afin d’améliorer et de façon significative les conditions de vie et de travail de l’ensemble des enseignants. Et cette coopérative devient une réalité ce mardi par l’assemblée générale constitutive de ladite Coopérative tenue au Complexe scientifique du lycée de Tokoin de Lomé. Une AG consacrée à l’étude et à l’adoption des statuts et du règlement intérieur, à la définition de la stratégie de mobilisation des ressources financières de la coopérative et surtout à l’élection des différents organes de la coopérative, à savoir le conseil d’administration, le comité de crédit et le conseil de surveillance.

En effet, l’initiative de création d’une coopérative d’épargne et de crédit des enseignants au Togo, tire profit des expériences des Etats Unis d’Amérique, du Canada, du Rwanda et d’autres pays africains tels que le Maroc, la Tunisie, l’Ouganda, le Kenya et le Malawi où la force coopérative des enseignants a été une source extraordinaire d’inspiration et de galvanisation pour les autres corps de métiers.

Ainsi la COOPEC-ET aura pour mission de contribuer de façon significative à l’amélioration du niveau de vie de ses membres à travers des services de haute qualité, notamment à l’épargne, le service crédit et bien d’autres produits financiers et non financiers.

En ouvrant les travaux de l’AG, le Prof Komi Tchakpélé (photo), le ministre des enseignements primaire, secondaire et de la formation professionnelle n’a pas manqué d’exprimer l’ambition du gouvernement de disposer d’une coopérative des enseignants solidement implantée dans tout le pays, et gérée efficacement sous la supervision et la surveillance des enseignants élus, suivant les meilleures pratiques démocratiques des coopératives, et classée parmi les meilleurs systèmes financiers décentralisés de toute la zone de l’UEMOA, pour garantir sa réussite sur les plans institutionnel, financier, socioculturel et économique.

Pour lui, les administrateurs de la COOPEC-ET doivent s’atteler à faire de la structure une référence en matière de solution sectorielle aux problèmes endogènes en faisant preuve d’imagination, de créativité, de don de soi, d’esprit coopératif et de hauteur de vue.


« Toutefois, la réussite de cette coopérative dépendra de notre capacité à nous approprier stratégiquement la dynamique enclenchée lors des différentes étapes du processus de sa création, et de notre engagement à diriger à chaque niveau pour garantir des résultats tangibles, à la hauteur de nos espérances légitimes » a-t-il indiqué.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire