LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT A LA BASE GARANTIT L’APPRENTISSAGE A 73 JEUNES DÉSCOLARISÉS

Soucieux des conditions de vie précaires des jeunes, le gouvernement n’a de cesse d’œuvrer pour le mieux-être de la jeunesse togolaise. En témoigne, le lancement ce mardi à la Maison des jeunes de Lomé du projet « mise en apprentissage des jeunes déscolarisés » par Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes. Ce projet permettra à 73  jeunes  déscolarisés d’apprendre différents métiers dans un atelier grâce à la signature de convention d’apprentissage intervenue entre le ministère et des maîtres artisans.

En effet, le projet  de «mise en apprentissage des jeunes déscolarisés » a pour objectif  d’ouvrir une porte pour les jeunes en leur permettant d’accéder aux métiers pour préparer aisément leur avenir après leur mission de volontariat citoyen (JDC).

Et il s’inscrit dans la politique nationale de développement de l’artisanat qui est de contribuer à terme , à l’amélioration des conditions de travail et de vie des acteurs , notamment, en les dotant de capacités techniques, matérielles et financières suffisantes afin de leur permettre de s’auto-promouvoir et de participer activement à la croissance économique, à la réduction de la pauvreté et au bien-être des citoyens dans la perspective d’une vision globale de développement socio-économique durable.

Pour M. Komi Kadaring, Directeur de l’Artisanat, ce projet permettra aux jeunes déscolarisés de participer au développement du Togo.

En procédant au lancement du projet, Mme Tomégah-Dogbé (photo)

a invité les bénéficiaires dudit projet à plus de dévouement au cours de l’apprentissage pour qu’à la fin de la formation, ils soient titulaires d’un diplôme.

«C'est l'Etat qui prend en charge les frais d'apprentissage qui varient de 60.000 à 150.000 FCFA. Les jeunes finiront avec un diplôme et recevront des kits d'apprentissage pour pouvoir démarrer leur activité» a-t-elle indiqué.


Rappelons que la mise en œuvre du projet est assurée par le ministère en charge du Développement à la base avec la collaboration des Chambres régionales de métiers  et le partenariat des artisans formateurs.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire