LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT A LA BASE RÉALISE 90% DE SA LETTRE DE MISSION DE 2016

Le ministère du Développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a adressé  ce mardi le bilan de ses activités réalisées courant 2016. Un bilan encourageant qui requière la satisfaction de la ministre Victoire Tomégah- Dogbé (photo) et de l'ensemble de son personnel. 

Le bilan tel présenté, démontre la mise en œuvre de près de 90% de la lettre de mission prévue en début d'année. Ainsi, au cours de l'exercice 2016, 135.000 personnes ont bénéficié des 3 produits du FNFI à savoir APSEF, AJISEF et AGRISEF. Ceci pour un financement de plus de 18 milliards de francs Cfa. 

A travers le FAIEJ, PRADEB et l'ANVT, le ministère du développement à la base a octroyé 8300 emplois durables et 11400 temporaires à une frange de la jeunesse identifiée.

Ces performances réalisées, sont le fruit du suivi des résultats, de l’innovation pour mieux répondre aux besoins des populations, de l'optimisation de la proximité avec les populations, de la recherche du maximum de synergie et la mobilisation des ressources.

« Les résultats enregistrés au cours de l’année 2016 sont satisfaisants et ont contribué sans nul doute à faire reculer davantage les frontières de la pauvreté dans notre pays », a souligné
Victoire Tomégah-Dogbé. 


S'agissant des prévisions de l'année prochaine, le ministère du développement à la base, envisage poursuivre l'élaboration des microprojets d’infrastructures socio-collectives et économiques qui s'appuieront éventuellement sur le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) lancé cette année.

« L’un des défis majeurs de notre pays dans l’atteinte de ces priorités est de mobiliser les moyens pour rapidement porter à l’échelle les expériences réussies que nous avons menées afin
d’engranger plus rapidement des résultats de développement qui répondent de manière plus significative    aux multiples et légitimes attentes des populations à faible revenu »
, a relevé Victoire
Tomégah-Dogbé.

Avec la mise en œuvre des différents projets du ministère du développement à la base, le taux de pauvreté du Togo est passé de 61,7% à 55,1% entre 2006 et 2016. En zone rurale en particulier, il est passé, entre 2011 à 2015 de 73,49% à 68,7%.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire