LE GOUVERNEMENT VA EN GUERRE CONTRE LES AUTO-ECOLES FICTIVES

Elles sont nombreuses à Lomé et à l'intérieur du pays, ces  auto-écoles qui enseignent la conduite aux citoyens. Généralement installées sans l'accord des autorités gouvernementales, ces écoles constituent un risque pour la société. Depuis ce mardi 17 janvier,  l'Etat part en guerre contre ces structures illégales. 

Plusieurs motifs expliquent cette décision du ministère des transports de fermer les auto - écoles non agrémentées par l'Etat. Le constat est amer, ces écoles ne disposent que pour la plupart  des moniteurs non qualifiés, des véhicules non-conformes, des enseignements du code de la route qui ne répondent pas aux normes établies par le ministère en charge des transports.  L’ensemble de ces manquements, fait des citoyens formés plus tard des dangers permanents sur les routes.

Pour prévenir le mal, le ministère en charge des transports a décidé de l'interdiction d'examen de permis de conduire à tout candidat provenant d'une auto-école non agrémentée par l'Etat. 

Pour permettre aux citoyens de ne pas s'inscrire dans n'importe quelle auto-école, une liste de 10 établissements agrémentés par l'Etat a été rendu publique. 

Il s'agit de FCAM, SAINT ELIE, BON COURAGE, ADONAI, LA REFERENCE, SAINT KIZITO, DAMARIS, J. LE ROCHER, GLOIRE A DIEU et GRATIA. Elles ont reçu une autorisation d'une durée de 5 ans. 

Cette décision de fermer les écoles non agrémentées, s'inscrit dans le cadre de la volonté du gouvernement d'assainir et de moderniser le secteur des auto-écoles. 


Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire