PAUT II : Me TOFIO ET DES FAUSSAIRES DANS UNE PARODIE D'INDEMNISATION

La parodie d’indemnisation se poursuit dans le cadre du Projet d’Aménagement Urbain au Togo, 2ème Partie (PAUT II). A la manœuvre, un groupe d’individus passés maîtres dans l’art du faux, pour détourner les biens d’autrui à des fins personnelles. Parmi ceux-ci, le notaire Me Antoine Toffio et des cadres de la Direction des Affaires Domaniales et Cadastrales.

C’est le déclic d’une affaire qui fera certainement grand bruit dans les prochains jours. Alors que le gouvernement a décidé de compenser les pertes subies par les riverains dont les terrains et bâtis sont affectés par les travaux du PAUT II, un réseau de faussaires s’est mis en place avec un objectif précis : tricher certaines personnes à indemniser.

Comme le relèvent nos investigations, les personnes à indemniser dans le cadre de ce projet, dont la liste est disponible depuis le 14 janvier 2016, sont au nombre de 310. Curieusement, le propriétaire de la plus grande surface d’un ha 36a également affectée par le projet, ne figure nulle part sur la liste.
Cette personne, une autorité bien connue, pendant qu’elle était encore en déplacement hors du pays, est victime d’une manœuvre d’un réseau de faussaires qui ont monté un dossier de toutes pièces pour se partager une rondelette somme de 50 millions francs CFA qui devrait lui revenir comme indemnisation pour son terrain affecté par le projet. Le notaire Antoine Tofio, à cheval entre le Togo et le Canada, qui selon nos informations est un habitué de ce genre de coup, devrait percevoir 20 millions francs CFA, et les autres faussaires, 30 millions francs CFA. Le montant devrait être débloqué par le Trésor le lendemain.

Informé de la manœuvre dès son retour à Lomé, le propriétaire de la surface en question, détenteur du titre foncier 9013-RT, entra en contact avec les services du Ministère de l’Economie et des Finances, notamment le Secrétaire général qui lui délivra rapidement, le même soir, une lettre portant annulation de la procédure faussement initiée par le notaire Antoine Tofio. Ce que le propriétaire du terrain alla déposer au Trésor public précipitamment, coupant ainsi l’herbe sous le pied du notaire Tofio et ses faussaires. Conséquence, le montant n’a pas été débloqué. Antoine Tofio, ayant appris la nouvelle, prit sa jambe au cou.

C’est ainsi que le Ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, instruit son cabinet de traiter d’urgence le dossier pour que le propriétaire du terrain rentre dans ses droits. Coup de théâtre, le dossier a disparu du circuit. Il est tout simplement introuvable. Il est alors demandé à l’intéressé de constituer un nouveau dossier à introduire. Ce qui fut fait. Depuis, on assiste à un jeu de ping-pong.
On en était là lorsqu’en fin d’année dernière, le Directeur des Affaires Domaniales et Cadastrales, pris de panique suite à la pression exercée par le propriétaire du terrain, l’informa de l’expertise de son titre foncier pourtant réel, original, et qui ne souffre d’aucune incongruité. Une manière de faire diversion, et qui révèle la vraie face du directeur des affaires domaniales et cadastrales dans ce dossier.

Aux dernières nouvelles, les partenaires techniques et financiers du Togo dans le cadre de ce projet, précisément l’Agence Française de Développement et l’Union Européenne, sont saisis par le propriétaire de la parcelle en question.

A suivre
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire