LA REDD+ DANS LES UNIVERSITÉS PUBLIQUES DU TOGO

Dans le souci de sensibiliser et d’échanger avec les acteurs du monde universitaire sur le processus REDD+ et les anemer à s’impliquer dans ledit processus au Togo, la coordination nationale de REDD+ a posé ses valises dans les universités publiques togolaises. L’université de Lomé, le lundi  27 février 2017 et celle de Kara le 01er  mars 2017. 
 
Les deux conférences, dans les deux universités,  ont vu la participation de 2000 étudiants et enseignants. « La Présentation du processus REDD+ : objectifs, avantages, défis et opportunités ; « État d’avancement du processus REDD+ au Togo ; « Le rôle de la recherche scientifique dans la conduite du processus REDD+ au Togo » sont entre autres thématiques développées  par l’assistant technique International et deux enseignants de l’Université de Lomé, lors des deux conférences. Les débats qui s’en sont suivis ont permis aux participants de s’imprégner du processus REDD+  au Togo.

Renforcer la compréhension des étudiants et enseignants du Togo sur le mécanisme REDD+, son architecture, les organes de mise en œuvre , ainsi que les défis et opportunités qu’offre ce processus ; faire le point avec les étudiants et enseignants des universités publiques du Togo sur l’ état d’avancement du processus REDD+ au Togo ; échanger avec les étudiants et les enseignants sur les rôles et responsabilités dans la  conduite  du processus REDD+ au Togo  et échanger sur les pistes et modalités de collaboration entre la coordination nationale REDD+ et les acteurs du monde universitaire pour la réussite du processus sont les objectifs visés par lesdites conférences organisées par la coordination nationale REDD+ Togo .

Ouvrant les travaux de la conférence de l’Université de Lomé (UL) , le président de  l’UL, le Professeur Dodzi Kokoroko, a insisté sur l’importance de la recherche dans l’aboutissement heureux du processus : « … Au  vu des défis qui attendent  le Togo dans le cadre du développement durable, la place  de la recherche n’est pas à démentir pour trouver des mécanismes et techniques innovateurs pour : améliorer les pratiques agricoles ; gérer durablement les forêts existantes et accroitre les superficies forestières ; maitriser les énergies traditionnelles et développer les  énergies renouvelables ; planifier et aménager le territoire. Tout ceci dans une coordination et harmonisation de la recherche aux  besoins des différents secteurs d’activités  permettant de répondre aux exigences de la population » a – t – il précisé.

Isidoire Ayéko
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire