PROGRAMME DE RÉPARATION, A CHACUN SON RÔLE!


Annoncé depuis quelques mois déjà et conformément aux recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), le programme de réparation des victimes des troubles socio - politiques de 1958 à 2005, est lancé officiellement ce vendredi. C'était au cours d'une cérémonie où le premier ministre Selom Klassou a appelé à la responsabilité de tous. 


"Pour la réussite de ce processus, il est important que le gouvernement,  les institutions de la République, les organisations de la société civile, les leaders religieux,  les forces de l'ordre,  les médias bref toutes les forces vives de la nation, jouent pleinement leurs partitions", a lancé le premier ministre Selom Klassou,  dans son allocation de lancement du programme de réparation.  Pour le chef du gouvernement,  la réussite de l'exécution de ce programme n'est pas seulement l'affaire du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), mais de tous les Togolais. 

Il a ensuite précisé que la mise en œuvre de cette recommandation de la CVJR, est la preuve de la bonne foi du gouvernement à assurer l'unité entre les filles et fils du Togo et faire de la réconciliation une réalité. Il a aussi indiqué qu'au-delà des primes d'indemnisation qui seront versées aux victimes,  il est important de se pardonner. 

"Celui qui pardonne ne change pas le passé mais l'avenir" a-t-il rappelé. 

Allant dans le même sens, la présidente de l'HCRRUN, Awa Nana-Daboya a invité les Togolais à ne pas fixer seulement les regards sur les indemnisations pécuniaires. Elle a donc conseillé les uns et les autres à observer les cinq formes de réparation qui sont "la restitution,  l'indemnisation,  la réadaptation,  la satisfaction et les garanties de non-répétition".

En rappel, cette première phase de réparation prendra en compte 2475 victimes sur les 7057 identifiées pour la période de 2005 et sur un total de près 22415 recensées par la CVJR de 1958 à 2005. 

Mawuena E. 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire