LOMÉ ACCUEILLE UNE CONFÉRENCE SUR LE SAUVETAGE DES CRASHS AÉRIENS


Des différents audits de sécurité réalisés sur le transport aérien en africain,  plusieurs déficits majeurs ont été relevés en ce qui concerne le sauvetage. Il est aussi relevé, des absences de cadres législatif et réglementaire et le manque de structures organisationnelles.  Pour combler ce vide, une raconte de haut niveau sur l'amélioration de la fourniture des services de recherches et de sauvetage est ouvert  depuis ce lundi à Lomé.  

Il s'agit d'une rencontre de trois jours qui réunit les responsables des structures de gestion des aéroports internationaux des pays africains. Elle servira d'un cadre de réflexion et de recherche des solutions adéquates pour assurer le sauvetage des craches d'avions. 

Cette rencontre de recherche de solution pour l'amélioration et le sauvetage,  relève d'une importance capitale,  à en croire le ministre des transports Ninsao Gnofam, qui faisait allusion au taux élevé d'accidents d'avions en Afrique. 

"Il  n'est un secret pour personne que l'Afrique détient le triste taux élevé d'accidents d'avions alors que sa part de marché n'est à peine que de 3% du trafic aérien mondial", a - t - il rappelé. 

"Cette réalité doit conduire les États africains à se conformer aux exigences et aux normes internationales si nous voulons inverser les tendances", a- t- il conseillé. 

Le directeur général de l'Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et Madagascar (ASECNA), Gnama Latta, a remercié, pour sa part,  le Directeur général de l'OACI pour avoir choisi Lomé pour abriter cette rencontre de haut niveau. Pour lui,  "cela témoignage du respect des normes par le Togo en ce qui concerne le sauvetage dans le transport aérien". 

Cette rencontre ouverte ce lundi prendra fin le mercredi prochain avec des recommandations.

Mawuena E.  


Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire