DOUANIERS ET DONATEURS EN RÉFLEXION !


La deuxième conférence des donateurs de la région Afrique de l’ouest et centre de l’Organisation  Mondiale des Douanes s’est ouverte ce jeudi à Lomé. Elle permettra aux autorités douanières de mener des réflexions sur la recherche des ressources, pour faire face aux défis

de la modernisation.
Venus des pays ouest et centre africains, ces douaniers,  auront au cours de cette rencontre de deux jours, à  échanger autour du thème  « faciliter les échanges et sécuriser la chaine logistique - une priorité pour la douane  AOC et les partenaires de développement ».  Les échanges autour de ce thème, amèneront les participants à mettre en place un réseau de donateur.


L’idée principale de cette rencontre, d’après le Commissaire général par intérim de l’Office Togolais des Recettes (OTR), Kodjo Adedze est d’avoir un moyen d’autofinancement.


« Notre souhait est de voir les administrations se moderniser grâce à nos propres efforts et grâce à l’appui des bailleurs de fonds pour relever les défis économiques, sécuritaires et la facilitation des échanges »,  a-t-il souligné.


« La présente tenue de la deuxième conférence des donateurs à Lomé avec la présence effective de nombreux partenaires au développement, offre l’occasion à l’OTR de prendre une part encore plus dans les projets de la région », a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le secrétaire général l’Organisation Mondiale de Douanes, Kunio Mikuriya, a jugé capitale la tenue de cette rencontre qui  permettra aux douanes de séduire davantage les donateurs.


« Cette réunion sera l’occasion pour nous d’être plus pragmatique en présentant les argumentaires des projets régionaux prioritaires et des projets nationaux avec, cette fois-ci, beaucoup plus de précision et de visibilité sur les objectifs visés, les activités à mener, le chronogramme de réalisation, le cadre logique et les coûts estimatifs de ces différents projets », a-t-il indiqué.


Quant au ministre de l’économie et des finances, Sani YAYA, les administrations douanières ont besoin des soutiens financiers de taille.


« Pour s’inscrire dans la voie de la réussite, les administrations douanières de notre sous-région ont besoin d’un accompagnement de pouvoir publics et des bailleurs de fonds », a-t-il précisé.


Ouvert mercredi, cette rencontre qui connaît la participation des délégations des pays membres de l’AOC prend fin ce jeudi.



Esaïe E.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire