ISABELLE AMEGAVI RÉPOND A CHRISTOPHE TCHAO




C'est la réponse du berger à la bergère.  Après la sortie médiatique de Christophe Tchao d'UNIR sur la question des réformes,  c'est au tour de Isabelle Améganvi de l'ANC d'apporter son point de vue.  

Dans sa sortie médiatique, le président du groupe parlementaire UNIR, Christophe Tchao a apporté son soutien au  président de l'Assemblée nationale, Dama Dramani qui a opté pour le renvoi de la proposition de loi de l'ANC à la commission de réflexion sur les réformes. 

Il a ensuite précisé qu'il s'agit d'un ajournement pour défaut de consensus dans le rang de l'opposition. 

En réponse à ces propos,  la présidente du groupe parlementaire ANC,  Isabelle Améganvi (Photo) a indiqué que le président de l'Assemblée nationale a obligation de s'en tenir aux injonctions de la Cour constitutionnelle.

"Je ne sais pas si le président de l'Assemblée nationale a quitus et autorité pour ne pas exécuter une décision de la Cour constitutionnelle. La décision de la Cour constitutionnelle, elle est là et elle dit qu'il faut que la commission fasse son rapport et dépose ce rapport sur le bureau de l'Assemblée nationale, pour être envoyé à l'assemblée plénière qui doit suivre", a-t-elle déclaré.

Également elle se dit être scandalisée de constater que "ceux qui doivent contrôler l'action du gouvernement et voter les lois, se mettent eux-mêmes à les violer". 

"Cette proposition de loi n'est pas une trouvaille, ni une invention du siècle, mais une copie d'engagements pris dans l'APG", a-t-elle précisé.

Malgré la lutte pour l'obtention des réformes qui s'annonce délicate, Isabelle Amégavi est optimiste pour le futur.

Esaie E. 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire