LUTTE POUR L’OBTENTION DES REFORMES : AGBEYOME KODJO CONSEILLE LA PATIENCE


Interrogé par nos confrères de l’Indépendant Express sur la stratégie à adopter pour obtenir les réformes constitutionnelles et institutionnelles, Agbéyomé Kodjo pense  qu’il faut la patience des acteurs politiques.


Président  national de la formation politique Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), Agbéyomé Kodjo (Photo) partage l’idée de ses frères politiques qui pensent qu’il faut les réformes avant les prochaines échéances électorales. Mais quelle stratégie faut-il mettre en œuvre pour les obtenir vu que le parti au pourvoir « s’évertue  à bloquer tous processus devant aboutir au réformes » ?

Depuis 2014, les différentes propositions de loi introduites à l’Assemblée nationale devant conduit à la mise œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles n’ont jamais eu d’issue favorable. Et pour cause, les députés du groupe parlementaire UNIR ont toujours voté contre. La dernière en date est celle introduite par les députés de la formation ANC et ADDI qui connait actuellement un ajournement en attendant les propositions  de réformes issues des travaux de la Commission que préside Madame Awa Nana-Daboya.

Face à ceci, que l’on peut considérer comme une fuite avant du pouvoir en place, le président de la formation politique OBUTS, pense que les acteurs doivent garder patience le temps de trouver le consensus.

« Soyons patients, car en matière politique, la patience aplanit les montagnes. En temps opportun, nous aviserons en responsabilité », a-t-il conseillé.

Pour lui la stratégie que l’on devrait encore adopter face au refus du pouvoir d’opérer les réformes était les manifestions publiques qui malheureusement ont perdu leur valeur.

« C'est la banalisation des manifestations de rue qui a fourvoyé et décrédibilisé ce mode pacifique d'expression publique et de pression politique.  Dans le contexte actuel, la formation politique UNIR, ne me paraît pas habité d'intentions tendancieuses.  À supposer que se fasse jour, un soudain retournement politique qui s'assimilerait à une ascension vers la "roche Tarpéienne", il s'agirait à nul doute, d'une prise de risque politique dont les fâcheuses conséquences ne sauraient être mésestimées », a-t-il précisé.

En conseillant la patience, Agbéyomé Kodjo a indiqué c’est avant tout l’alternative qu’il faut pour préserver la paix dans le pays.

« Le Togo a besoin de la paix et de la sécurité pour se rassembler en confiance autour des impératifs pluriels du redressement national. Tous nous devons y contribuer. C'est pourquoi, en responsabilité, nous en appelons au pragmatisme des uns et des autres, et à la mobilisation de tous pour des réformes justes et consensuelles qui épousent les aspirations d'une large majorité du peuple togolais », dit-il.

Ancien premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale, Agbéyomé kodjo n’est pas contre les réformes politique mais compte tenu de la mauvaise organisation de la classe politique de l’opposition dans la lutte, pense qu’il faut désormais agir avec plus de sagesse.


Esaïe E
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire