TOGO/ MMLK : LA CONSTRUCTION DU 3EME QUAI A FAIT 531 CHÔMEURS


La construction du 3ème quai du Port Autonome de Lomé n'a pas fait que créer des emplois. Elle a été source de chômage pour au moins 531 personnes. Le Mouvements Martin Luther King du Togo crie son indignation et parle « d’injustice ».

Le Mouvement Martin Luther king rapporte avoir rencontré hier à Lomé en présence de la presse les pelliers et « les ramasseurs du sable marin renvoyés depuis 2011 pour faire place à la construction du 3ème quai . Au nombre de 531 personnes , ces travailleurs du sable marin qui y étaient  pendant des années d'exploitation  sur le site sablonneux de la mer , ont été interdit de cette activité. A titre de compensation, il leur aurait été promis des mesures d'accompagnement telles que des allocations familiales,  des assistances médicales , l’insertion sociale à travers des projets générateurs de revenus pour ceux qui le désirent et la poursuite des activités d exploitation du sable sur des sites aménagés sur le sol continental ». C’était le plat qu'on leur a servi et qu’ils ont rapidement apprécié.
Quelques années plus tard, les lignes n'ont pas bougé. Les exploitants du quai notamment Lomé Container Terminal (LCT) sont restés muets comme des carpes.

La vie des anciens ramasseurs de sable est maintenant faite de   « misère et de non emplois ». Chose qu’ils n’apprécient guère.  Pour rentrer dans leurs droits, le MMLKexplique avoir tenté des actions auprès des responsables du LCT mais rien.
La Voix Des Sans Voix se considère comme «  bien équipé et armé pour poursuivre avec  fermeté son engagement au nom de la justice et de la  vérité. Car pour le MMLK, il n'est plus possible que les multinationales étrangères  continuent  par exploiter et mépriser les africains sur leur terre après avoir soumis le continent à tant d 'années de servitude et de colonisation méchante ».

Venir à bout de ce problème signifie pour ce mouvement de saisir tous les partenaires de cette multinationale. Faute de quoi, une grande manifestation sera organisée devant les locaux de la LCT pour réclamer que justice soit faite.

Antoine A.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Charles K. P. AKOUETEH

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire