L'ANC DÉNONCE UNE CENI TAILLÉE SUR MESURE POUR 2018

En juillet 2018 aura lieu probablement les élections législatives. A un an de cette échéance,  l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC), craint et dénonce déjà un coup de force d'UNIR en vue de mettre en place une Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) qui lui sera favorable. 

Comme lors des précédentes échéances électorales, la composition de la CENI pose déjà problème entre le parti au pouvoir, UNIR et la classe politique de l'opposition notamment l'ANC. A l'issue d'une rencontre préparatoire avec le ministre de l'administration territoriale, Payadowa Boukpessi, la deuxième vice présidente du ANC, Isabelle Amegavi, d'après les échanges,  redoute et dénonce déjà la mise place d'une CENI à polémique.  

"De cette réunion, il ressort que le gouvernement s’inscrit délibérément dans la logique des coups de force en tentant une nouvelle fois d’imposer à la classe politique et aux populations togolaises, un code électoral et une prétendue CENI technique taillés sur mesure" écrit elle dans une lettre adressée au ministre Payadowa Boukpessi de l'administration territoriale.

Tout en dénonçant le probable coup de force,  Isabelle Amegavi rappelle au pouvoir les normes prescrites par l'Accord Politique Globale (APG), en matière de relecture du code électoral et de la recomposition de la CENI.

"Notre parti l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), voudrait par la présente vous rappeler que, tout comme les réformes constitutionnelles et institutionnelles, les réformes électorales, incluant notamment la revue du code électoral et la recomposition de la CENI, relèvent de l’Accord Politique Global (APG) et doivent faire l’objet d’une discussion structurée et ouverte, notamment avec l’opposition parlementaire, de manière à engager la relecture et l’amélioration du code électoral sur des bases saines et consensuelles" précise-t-elle.

"Nous vous demandons par conséquent de surseoir à l’initiative en cours qui n’est qu’une violation de l’APG et d’ouvrir entre les partis politiques parlementaires, une discussion sérieuse et structurée" a-t-elle conseillé. 

Désormais,  la lutte pour l'organisation des élections libres équitables et transparentes est relancée. Wait end see!

Esaïe E.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Charles K. P. AKOUETEH

1 commentaires: