QUAND LE MINISTRE AGADAZI CONTRIBUE A L’ÉCHEC DU PNPER


Lancé il y a trois ans pour participer au développement de l'agriculture togolaise, le Projet National de Promotion de l'Entreprenariat Rural (PNPER), connaît déjà ses sombres jours. Pour la deuxième fois consécutive, après évaluation, l'on note des insuffisances dans la mise en œuvre dudit projet qui vaut la suspension ou la fin prématurée.


D'après le rapport d'une semaine de mission des experts du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) à Lomé, le PNPER, après trois ans de pilotage par le ministère de l'agriculture, de l’élevage et de l'hydraulique, présente un résultat médiocre et décourageant. La mission a constaté un grand écart entre le résultat enregistré sur le terrain et les objectifs fixés. 

Financé à hauteur de 19,2 milliards FCFA par le FIDA, les résultats du projet démontrent à suffisance, selon la mission "un manque de volonté et de compétences de l'équipe de pilotage".

En effet,  d'après les informations d'une source du ministère de l'agriculture,  le ministre Ouro-Koura Agadazi (Photo) serait le seul responsable de ce résultat mitigé. Selon la source, le ministre empêche le coordonnateur de faire son travail, mais il veut l'utiliser comme son coursier.

S'agissant de la démission de ce coordinateur du projet entre temps,  le ministre a affirmé que ce dernier aurait démissionné pour des raisons personnelles. Ce qui est difficile à croire au vue des tensions qui ont existé entre les deux hommes. D'ailleurs il attribue l'échec du projet à la démission du coordonnateur. 

 "Notre échec a également quelque chose à avoir avec la démission du coordonnateur du projet, qui a jeté l'éponge, me disait-il pour des motifs extrêmement privés" a-t-il relevé. 

Vue le chemin de l'échec empreinté par ce projet,  le FIDA menace de le suspendre dans les prochains jours si rien n'est fait. 

"Le projet est classé à risque pour la deuxième année consécutive et, par conséquent, candidat à la clôture anticipée " a menacé  Esther Kasalu Coffin, Chef de mission du FIDA.

Pour permettre au gouvernement togolais  de se racheter, une période de transition lui a été accordée.  Au bout de cette période une nouvelle mission repassera en octobre prochain pour une évaluation qui aboutira à une prise de décision définitive concernant la poursuite ou non du projet.

Rappelons que le PNPER a pour but de contribuer à la réduction de la pauvreté et à l'amélioration des conditions de vie en milieu rural en particulier pour les jeunes et les femmes.

Esaïe E.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire