LA LUTTE CONTRE L’ÉROSION CÔTIÈRE EST UNE PRÉOCCUPATION DE FAURE GNASSINGBÉ


La lutte contre l’érosion côtière fait partie des préoccupations du Chef de l’État, Faure Gnassingbé. Il en a discuté ce mercredi au nouveau Palais de la Présidence, lors d’un entretien qu'il a eu avec  une délégation de la Banque mondiale conduite par Mme Laura Tuck, vice-présidente pour le Développement durable.

Les deux personnalités  ont, au cours de l'entretien,  fait le tour d’horizon des efforts et perspectives du Togo dans le domaine du développement durable notamment les questions liées à l’érosion côtière.

A l'issue des échanges,  la délégation de la Banque mondiale a fait part au président Togolais, de l'engagement de l'institution financière à poursuivre son appui à travers l’opération régionale en vue d’aider le Togo et les autres pays côtiers de la sous-région ouest-africaine à renforcer la résilience de leurs populations face au changement climatique.

«Notre visite est focalisée sur la question de l’érosion côtière. Nous avons discuté avec le Président de la République de ce que nous avons vu sur le terrain, et des perspectives pour le pays, ce que doit faire la Banque Mondiale pour aider le Togo à répondre à cette question de l’érosion côtière»
  a laissé entendre le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo, M. Pierre Laporte.

Il est ressorti des échanges, la mise en place par la Banque mondiale d'un programme dénommé  West African Coastal Areas Program (WACA) au profit du Togo et six autres pays de la sous-région.

Le rôle que pourrait jouer le Togo dans la région comme pionnier pour enrayer  ce phénomène d'érosion côtière a été également évoqué. 

«Le Togo a récemment accueilli une grande conférence sur la Sécurité maritime et le Président de la République a été très actif avec la Banque mondiale pour promouvoir la question de l’érosion côtière. On pense que c’est un sujet, au-delà de l’effort national, qui doit   être pris au niveau régional car, il peut avoir des actions au Togo qui affectent le Bénin comme des actions au Ghana qui peuvent affecter le Togo» a signifié M. Laporte.
Après avoir échangé avec le chef de l’État Togolais, il est prévu dans l'agenda de la délégation de la Banque Mondiale,  une visite sur les côtes béninoise et ghanéenne. 

Thierry Affanoukoé
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire