L’ANCE –TOGO ENGAGÉE DANS LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO


Le mardi 29 août 2017, à Lomé, l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), a procédé au lancement officiel du projet Pilote d’Actions en Justice pour Lutter contre la Corruption (PPAJCR). Une cérémonie solennelle de lancement qui a vu la participation effective de plusieurs acteurs de lutte contre la corruption : d’un représentant de Transparency International ; des membres de  la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et des infractions assimilées ;  de l’ambassadeur de l’Union Européenne au Togo :          Nicolas Berlanga Martinez, des représentants d’autres structures et des professionnels des médias.

« Promouvoir la bonne gouvernance économique et la lutte contre la corruption à travers des actions pilotes en justice au Togo », tel est l’objectif principal de ce projet selon, le Directeur Exécutif de l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), Dr Fabrice Kodjo EBEH. On peut distinguer également, des objectifs spécifiques, entre autres le renforcement des capacités du Contact National de Transparency International (TI) au Togo : l’information et la formation des acteurs sur les instruments de lutte et bonnes pratiques ; l’appui de la mise en mouvement des poursuites contre la corruption au Togo.

D’un coût total de 612 854 euros, plus de 300 millions de FCFA, et d’une durée de trois ans, le PPAJCR a des groupes cibles comme l’Inspection Générale des Finances, l’Inspection Générale de l’Etat, l’Inspection Générale du Trésor, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics, la Justice Pénale, le Réseau Anti Corruption et la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et des Infractions Assimilées (HALCIA).

Un projet financé  en  majorité par l’Union Européenne dont l’Ambassadeur au Togo,  M. Nicolas Berlanga Martinez a souligné l’importance de lutter contre la corruption dans tout pays. « Car la lutte contre la corruption participe énormément au développement du pays » a –t-il déclaré.

Le président de la HALCIA, M. Essohana WIYAO, a insisté sur la nécessité pour la société civile et d’autres structures d’accompagner le gouvernement dans la lutte contre la corruption dans le pays. « La prévention et la lutte contre la corruption est de la responsabilité de nous tous. Les efforts du gouvernement nécessitent un accompagnement et une participation active de personnes et de groupes n’appartenant pas au secteur public ; tels les médias, la société civile, les organisations non gouvernementales et les communautés de personnes » a – t – il précisé.

Isidoire Ayéko
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire