LE PATRONAT TOGOLAIS ENGAGÉ A LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ


Le Conseil National du Patronat togolais (CNP) a lancé ce lundi le processus d'élaboration de son plan stratégique sur la période 2017-2021. Il s'agit d'un document qui va définir le plan d'action de cette organisation. 

Installé dans leurs fonctions le 2 mars dernier,  les nouveaux dirigeants du CNP veulent faire de cette organisation un outil du développement socio-économique.  C'est justement la raison pour laquelle ils ont lancé ce lundi le processus d'élaboration du document qui leur servira de référence. 

Le comité technique de réflexion de l'élaboration du document, orientera ses recherches sur la pauvreté et le faible niveau de protection sociale, le chômage et le sous-emploi des jeunes, les défis liés à la recherche d'une meilleure adéquation emploi-formation, le renforcement du partenariat public-privé, et la modernisation des entreprises et le renforcement des structures chargées de la promotion du secteur privé. 

Cette démarche du CNP, fait suite au constat selon lequel, malgré les efforts consentis par le  gouvernement, la pauvreté et le sous-emploi persistent toujours dans le pays. 

"La persistance du phénomène (pauvreté et sous-emploi) en dépit de toutes les mesures prises jusque-là, nous invite certainement à faire élargir la gamme de nos interventions", a souligné Coami Sédolo Tamegnon, président du CNP.

Il a ensuite indiqué que la réforme éducative s'impose à la lutte contre la pauvreté et le chômage. 

"La lutte contre le chômage et le sous-emploi passe également par une réforme profonde de notre système éducatif qui doit revoir ses objectifs en fonction des besoins de la vie économique et sociale" , a-t-il déclaré. 

Cette initiative du CNP qui vise à donner un nouveau souffle au secteur socio-économique du Togo,  est appréciée par le gouvernement. 

"Comme vous le savez, la planification stratégique est un outil de la bonne gouvernance"  a rappelé la représentante du premier ministre, Bernadette Légézim-Balouki, ministre  en charge du commerce et du secteur privé.

Pour elle,  la lutte contre la pauvreté et le sous-emploi est l'une des préoccupations majeures du gouvernement. Ainsi,  a-t-elle remercié le CNP pour avoir associé le gouvernement à son initiative. 

"Associer les pouvoirs publics à ce processus initié par le secteur privé témoigne de la réalité du dialogue public-privé et nous ne pouvons que nous en féliciter", s'est-elle réjouie. 

Le CNP, rappelons-le est un regroupement d'associations professionnelles. Il compte aujourd'hui plus de 400 entreprises issus de près de 17 associations.

Esaïe E. 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire