LE RAPPORT 2014 D'ITIE-TOGO DISPONIBLE


Le comité de pilotage de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE-Togo) a, au cours d'un atelier d'échanges organisé le vendredi 18 août 2017 dernier à Lomé, présenté le  son rapport de l'année 2014. Il ressort de ce rapport  une satisfaction dans la gestion des fonds. 

C'est dans le but de permettre à la population d'avoir accès au contenu du  rapport ITIE 2014, que le comité de pilotage de l’ITIE au Togo a rencontré les représentants de la société civile et des agences des régies financières publiques et privées, les directeurs des industries extractives ainsi que les professionnels des médias publics et privés pour les informer, échanger et  partager avec eux les résultats et les recommandations.

D'après le coordonnateur national de l’ITIE-Togo, Didier Kokou AGBEMADON,  les conclusions du rapport constituent un outil fondamental de consolidation et de promotion de la transparence pour le secteur de l’industrie extractive  et les recettes de l’Etat.

« Les informations du secteur extractif doivent servir à améliorer la bonne gouvernance », a-t-il souligné.

D'après le rapport,  17,2 milliards d’impôts ont été versés au trésor public par les sociétés évoluant dans le secteur extractif. Ces entreprises ont à travers leurs versements,  contribué à l’amélioration des conditions de vie des populations vivant dans les zones extractives grâce à de diverses réalisations d'infrastructures sociales de base et à la création des emplois directs et indirects.

Pour plus de bonne gouvernance, des recommandations ont été formulées. 
Elles portent sur l’absence de données sur le secteur artisanal (l’Or, le sable et le gravier) au Togo, l’absence de données sur les textes d’application du code minier dont les critères d’octroi de licence des entreprises dans ce secteur, et sur l’absence des statistiques du secteur d’emploi des entreprises minières au niveau des agences de statistique.

L'ITIE, est une réforme globale qui permet la promotion  des bonnes pratiques de la transparence et de la redevabilité dans la gouvernance du secteur extractif. Elle est une norme internationale. 

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire