POUR UN RETOUR RAPIDE A L'APAISEMENT SOCIAL, LA CNSC EXIGE LA LIBÉRATION DES PERSONNES ARRÊTÉES

Au lendemain de la manifestation du parti National panafricain (PNP) réprimée dans le sang et qui a occasionné des morts (2 d'après la police et 5 selon les organisateurs), les partis politiques et organisations de la société civile affichent leurs positions. La Concertation Nationale de la Société Civile (CNSC) à travers un communiqué condamne les entraves à la liberté de manifester et toutes formes de violences d’où qu’elles viennent et demande la libération pure et simple des personnes arrêtées.

Déçue de l'issue de la marche du samedi du PNP,  la CNSC a rendu un hommage aux disparus et a condamné la violence enregistrée lors de la manifestation. 

"La CNSC s'incline devant la mémoire des personnes décédées et présente ses condoléances aux familles éplorées".

Par ailleurs, elle "condamne les entraves à la liberté de manifester qui est un droit constitutionnel. Elle condamne également toutes formes de violence d'où qu'elles viennent", dit le communiqué. 

Tout en se gardant de prendre position,  la "CNSC  exhorte le gouvernement à prendre des dispositions appropriées pour que les libertés publiques soient garanties".

En vue d'un retour de paix, le CNSC demande la libération des personnes arrêtées. 

"La CNSC invite également le gouvernement à prendre des mesures urgentes, y compris la libération des personnes arrêtées,  pour un retour rapide à l'apaisement social" poursuit le communiqué.

Depuis ce dimanche, le calme est revenu d'où la manifestation prévue pour se poursuivre n'a pas eu lieu. 

Lire le Communiqué en cliquant sur  COMMUNIQUE CNSC
Thierry Affanoukoé
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire