SELOM KLASSOU OUVRE LES TRAVAUX DE LA PREMIÈRE SESSION EXTRAORDINAIRE HORS-SIÈGE DU PARLEMENT DE LA CEDEAO A LOMÉ


Les travaux de la première session extraordinaire hors-siège du parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont été ouverts ce mardi  à Lomé par le Chef du gouvernement Sélom Klassou.

Le choix de Lomé pour abriter cette première assise des parlementaires de la CEDEAO s’explique, d’une part, selon Moustapha Cissé Lô, Président du Parlement de la CEDEAO, par la Présidence en exercice du regroupement communautaire occupée par le Chef d’État togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, et, d’autre part, par les avancées démocratiques et le respect des droits de l’homme que connaît le pays ces dernières années. Ce que le premier ministre n'a pas manqué de relever aussi dans son discours d'ouverture. 

"En décidant de tenir le présent séminaire du Parlement de la CEDEAO qui sera d'ailleurs suivi de votre session extraordinaire délocalisée ici au Togo, pays co-initiateur de la CEDEAO, vous maintenez vivace le flambeau allumé par les pères fondateurs que sont, Feu Eyadéma GNASSINGBE (Paix à son âme) et le Général Yacoubou GOWON qui avaient vu juste en engageant leurs pays et leurs peuples autour de cet idéal communautaire", a-t-il déclaré. 

Pendant 10 jours, les députés venus des quinze pays de la CEDEAO,  vont débattre des textes juridiques devant régir le fonctionnement de leur assemblée et adopter par la même occasion un budget.

Aussi, ils se pencheront sur l’acte additionnel relatif au renforcement de leurs prérogatives. Il s’agit de disposer d’un droit de regard sur les questions relatives à la prévention et à la résolution des conflits.

A l’avenir, ce parlement de la CEDEAO qui jusqu’à maintenant  est consultatif deviendra un organe de décision voire législateur pour la communauté.

Cette réforme a plusieurs objectifs, a expliqué Marcel Alain de Souza, le président de la Commission de la Cédéao, assurer une bonne gestion financière et administrative de la communauté et protéger les populations dans leurs droits essentiels. 

Au parlement de la CEDEAO 115 sièges sont disponibles. Cinq sont garantis à chaque pays. Les sièges restants sont partagés sur la base de la population que compte le pays, comme le Nigeria qui en raffole 35.

Les domaines d'interventions de cette assemblée sont entre autres les droits humains et des libertés fondamentales, l’énergie, les télécommunications, la santé et l’éducation.

Thierry Affanoukoé

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire