TIKPI DIT "CRAINDRE POUR SA VIE", MAIS LA LUTTE CONTINUE


Le leader du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam était l’invité du Journal Afrique, le vendredi dernier sur TV5 Monde. Depuis les récentes manifestations, personne n'a plus eu de ses nouvelles. Il n'a pas laissé de traces. Selon sa version, il est  dans un endroit sûr mais préfère rester discret. Bref Tikpi dit craindre d’être arrêté tout comme le secrétaire général du parti. « Je crains pour ma vie » a-t-il avoué.

Pour lui, le combat politique n'a pas besoin de clivage ethnique et point n’est besoin de favoriser tel ou tel peuple. Accusé d’avoir créé un parti ethnique ?  Tikpi Atchadam (Photo) trouve ces allégations non fondées. «  Je renvoie tout simplement ceux qui tiennent de tels propos à mes discours. Tous les discours que j'ai tenus. Que l'on me réécoute. Et les discours que nous tenons à notre siège chaque samedi. Les renseignements sont à nos réunions, ils sont à nos meetings, ils nous enregistrent. Je renvoie ceux qui tiennent ces propos à mes discours. Tout simplement » répond-il.

Aussi souligne-t-il que cette lutte n’est pas une lutte du PNP mais de tout le peuple Togolais pour la libération du pays de ceux qui refusent l’alternance.

« La suite de l'action n'est plus une action du seul PNP. C'est une action qui va être décidée, menée et conduite jusqu'au bout par le peuple Togolais. Et vous voyez qu'aujourd'hui l'ensemble de l'opposition se retrouve pour la suite à donner. Oui, l'avenir sera clair et le reste des actions sera mener par l'ensemble de l'opposition » rassure-t-il.

Et comme on le voit, la marche du 19 aout du PNP a décrété l'heure de l’unité d’action de toutes les forces vives de la nation pour faire entendre la voix des Togolais.

Antoine
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire