JOURNÉE "TOGO MORT": LE GOUVERNEMENT MET EN GARDE...



La journée de vendredi est décrétée "Togo Mort" par l'opposition pour rendre hommage aux  disparus des manifestations de la semaine dernière. Le gouvernement logiquement s'oppose à une telle initiative et met en garde l'opposition contre toute tentative de perturbation de la vie économique du pays. 

En conférence de passe mercredi le gouvernement représenté par les ministres Yark Damehane de la sécurité,  Payadowa Boukpessi de l'administration territoriale et Guy Lorenzo de la communication ont été clairs. Des mesures sont prises pour contenir les actions de l'opposition visant à déstabiliser la vie économique du pays. 

Ainsi, s'agissant de la journée "Togo Mort" le ministre Yark Damehane a annoncé qu'elle reste ouvrable. Toutefois tout citoyen est libre de répondre favorable à l'appel de l'opposition de son gré. 

Mais il est défendu à qui que ce soit d'obliger son prochain à suivre ce mot d'ordre de "Togo Mort". Ceux qui s’y prêteront à ce jeu tomberont sous le coup de la loi.

"A travers des réseaux sociaux via des audio, nous apprenons des menaces sur des personnes qui seront tentées de vaquer à leurs occupations. Les gens qui s’amusent à utiliser ces termes, sortent du cadre des manifestations publiques, c’est carrément du droit commun", a-t-il fait savoir.

Face à ces menaces, le ministre Yark a rassuré que  des dispositions sont prises pour garantir la sécurité de tous ceux qui vont vaquer à leurs occupations ordinaires.

"Celui qui prend le risque d’agresser une personne au marché ou qui va au marché, s’expose à la loi", a-t-il prévenu.

S'agissant des dispositions régissant la République, le ministre l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi a relevé un manque de volonté des acteurs politiques à observer ses mesures judiciaires

"Nous ne voulons pas dire que les partis politiques ne connaissent les textes, mais nous avons le sentiment qu’ils ne veulent pas les respecter", a-t-il déclaré.

C'est la deuxième fois que l'opposition appelle à la journée "Togo Mort"  depuis le début des manifestations le 19 août dernier. 

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire