CHRONIQUE POLITIQUE DE FIRMIN TEKO-AGBO : GÉOPOLITIQUE, TOGO ET SYRIE, CHOUCHOUS DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE



Le titre semble évocateur. Et beaucoup y verraient une comparaison et la trouveraient un peu osée.   Mais la nouvelle carte de la géopolitique qui se dessine depuis quelques années paraissent l’illustrer. Faure Gnassingbé serait pour le G5 sahel et toute l’Afrique de l’Ouest, ce que Bachar Al Assad serait pour le Moyen-Orient. La Communauté internationale met tout en œuvre pour soutenir et protéger ces dirigeants chacun dans sa zone respective afin de parvenir à y assurer une certaine stabilité.


L’on se demande depuis des années pourquoi la Communauté internationale n’arrive toujours pas lâcher le Président Syrien alors que depuis 2011, son armée tue. Plus de 250 mille morts déjà. On se pose la même question avec le Président Togolais. Pourquoi la Communauté n’arrive-t-elle pas  à lui tourner le dos alors que depuis plus de 2 mois déjà il y a des morts dans son pays et l’Opposition demande son départ immédiat du Pouvoir. Les raisons, elles seraient bien géostratégiques et géopolitiques.


                       Bachar El Assad, garantie de stabilité dans le Moyen-Orient


Le conflit syrien a déjà fait plus de 250 mille morts depuis 2011.  Le Président Bachar Al Assad pointé du doigt.  François Hollande,  favorable à son départ du Pouvoir. Trump trouve en Avril dernier que son départ du Pouvoir n’était pas une priorité. Les Occidentaux veulent juste paraitre en défenseurs des droits de l’homme. Car politiquement ils seraient plutôt favorables à son maintien. La Russie et la Chine plutôt bien claires car elles n’ont aucun contrat avec les droits de l’Homme.
   
El Assad le chouchou : La situation géopolitique parle mieux


Papa  Hafez El Assad meurt au Pouvoir en 2000. Le Fils Bachar lui succède. La Syrie, pays du Moyen-Orient fait frontière avec la Turquie au Nord, la Jordanie au Sud, l’Israël au Sud-Ouest, Irak à l’Ouest. Le Président Américain Trump et toute la Communauté internationale se sont aperçus qu’un quelconque départ du Fils Al Assad fragiliserait le pays et tout le Moyen-Orient.  L’Etat Islamique qui occupe une partie importante de la Syrie prendrait tout le pays. Et les pays voisins seraient perturbés. Toute la Syrie serait devenue une frontière poreuse pour les terroristes et Islamistes. La Turquie bien que pays d’Asie Mineure fait frontière avec l’Europe. Cela risquerait de compliquer les choses pour l’Union Européenne sur le plan du terrorisme. Ce n’est pour rien que le Président Turc Erdogan s’évertue à être un Président fort, de terreur avec des mesures sécuritaires drastiques. C’est une mesure dissuasive. Une mesure qui vise à dissuader d’éventuels comportements terroristes ou djihadistes. Les droits de l’homme relégués bien en position bien inférieure.


Bachar le Chouchou gâté


Pour la Communauté internationale, Bachar El Assad est le seul pour le moment qui puisse bien contenir l’Etat Islamique et bien le combattre avec l’aide de la Coalition internationale.  Avec Al Assad, on garantit une certaine stabilité pour la Syrie, les pays limitrophes et tout le Moyen-Orient. La Communauté internationale ne veut plus commettre l’erreur Lybie-Kadhafi. Les lendemains de ces situations lui sont difficiles à gérer. Elle préfère donc que Bachar El Assad reste  au Pouvoir. Peu importe le nombre de mort ou les atrocités commises par son Régime. L’essentiel est que, avec lui, une certaine stabilité est garantie dans toute la zone. Elle ne peut que soutenir l’idée d’un quelconque dialogue entre les acteurs politiques. 


Faure Gnassingbé et le Togo, pilier du G5 Sahel…. L’autre Chouchou de la Communauté internationale

Faure tout comme Bachar succède à son Père Eyadéma Gnassingbé qui meurt au Pouvoir en 2005. Après quelques soubresauts qui ont fait des centaines de morts, la Communauté internationale le bénit. Il faut nécessairement soutenir le Fils pour des services rendus par son Père en Afrique et surtout dans la zone ouest-Africaine.


Pourquoi encore soutenir le Fils alors que la situation se complique encore un peu plus au pays ?

L’Ancien Président Burkinabè et son Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) assuraient une certaine sécurité dans la zone ouest-africaine en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme. Son départ du Pouvoir et la dissolution de sa garde prétorienne ouvraient la voie un peu plus à la répétition des actes terroristes dans la zone. Les derniers attentats de Bamako et d’Ouagadougou le témoignent si bien. Maintenant la Communauté internationale se dit qu’il faut trouver une alternative à Compaoré et à son RSP. C’est ce qui aurait entrainé la création du G5 Sahel il y a quelques mois de cela. Le G5 Sahel a un budget qui s’élève à 423 millions d’Euros. L’Union Européenne seule va y injecter plus de 50 millions d’Euros. La France, au-delà de l’argent enverra des matériels et des ressources humaines. Maintenant il faut un pilier pour soutenir le G5 SAHEL et ce soutien, c’est Faure Gnassingbé et son pays le Togo.


Faure le Chouchou : L’on a besoin de Faure Gnassingbé pour deux raisons


Les 5 pays du G5 Sahel dont le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, la Mauritanie sont « assis » sur le Togo. (Observez la carte géographique du Togo et de toute l’Afrique). Le Togo constitue un grand pilier pour ce G5. Il a une armée bien disciplinée, efficace et professionnelle. Cette armée assure bien une certaine sécurité et une certaine paix au pays. Elle dissuade. Et elle interviendra dans la zone G5 lorsqu’on en aura besoin. Elle intervient déjà au Mali et dans d’autres localités Africaines dont le Darfour. Elle a été très efficace dans le conflit Ivoirien.
« Donc avec ce légendaire atout, il n’est pas question pour la Communauté internationale de lâcher  Faure Gnassingbé ». Son éventuel départ  ou la chute du Régime risquerait de fragiliser la sécurité au Togo. Et par conséquent les armes pourraient facilement circuler, les terroristes trouveraient un nouveau terrain favorable, pourraient facilement pénétrer au Togo et partant de là, les pays du G5 Sahel et les autres pays Ouest-africains. Donc, La Communauté internationale ne peut que soutenir Faure Gnassingbé (Photo) et tout son Régime. Elle ne veut plus commettre la même erreur surtout avec ce qui se passe en Lybie actuellement.

Faure le Chouchou

La deuxième raison : Le Togo a l’un des meilleurs ports Africains. Un port en eau profonde. Et ce port alimente les pays du Sahel et d’autres.  Et plusieurs nationalités s’y retrouvent. Le Groupe Bolloré est bien là. Pour la Communauté internationale, il faut toujours soutenir le Président Gnassingbé afin d’avoir une certaine sécurité au pays, ce qui permettrait au port de fonctionner normalement. Le business au rendez-vous.
La Communauté internationale s’imaginerait un lendemain compliqué avec un éventuel départ du Président Togolais du Pouvoir. Elle préfère son maintien au Pouvoir. Elle ne peut que prôner le dialogue entre  Pouvoir et Opposition même si les gens continuent de mourir.  

Bachar El Assad succède à son père mort au Pouvoir. Faure Gnassingbé succède à son père mort au Pouvoir. Ces deux Fils sont de grands chouchous pour la Communauté internationale. On préfère faire abstraction du qualificatif Dictateur pour les soutenir au nom de la Géopolitique, de la Géostratégie, bref au nom des intérêts. Al Assad et Gnassingbé seraient donc des Dictateurs utiles pour la Communauté internationale.  La nouvelle carte géopolitique est beaucoup plus en faveur des Pouvoirs. Les dirigeants du monde un peu plus favorables aux mesures sécuritaires drastiques. Ils voudraient faire disparaitre toutes violences et tout comportement terroriste.


Chapeau chers Chouchous !

Firmin Teko-Agbo, journaliste-chroniqueur politique
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire