COUPURE D’INTERNET AU TOGO, UNE NÉCESSITE SÉCURITAIRE : DE LA RESPONSABILITÉ DÉGAGÉE DE CINA LAWSON


 
Le mois de septembre dernier a connu un phénomène très rare dans notre pays. Autrefois, c’est la connexion internet qui balbutiait. Mais dans le cas d’espèce, l’internet a été simplement et carrément coupé pendant des jours  par l’Autorité publique. A tort ou à raison ?

Au mois de septembre donc,  le Togo a connu beaucoup de manifestations politiques organisées par l’opposition aussi bien à Lomé que dans certaines grandes villes de l’intérieur du pays.

Les réseaux sociaux étaient largement mis à contribution pour la propagande et surtout la mobilisation des militants pour se déverser dans les rues pour un quelconque objectif. Les manifestations de l’opposition dont les plus importantes sont celles des 6 et 7 septembre ont tout particulièrement mobilisé les réseaux sociaux, dans tous les sens.  A part le mobile des manifestations partagé sur les réseaux sociaux, il faut reconnaitre et condamner qu’en prévision à ces manifestations à venir, de fausses images montées, fabriquées ou encore récupérées lors d’évènements survenus dans d’autres pays,  furent à outrance diffusées, et largement, sur les réseaux sociaux.

Certains internautes ou militants activistes de l’opposition surtout se sont investis dans la diffusion et le partage de photos prises ailleurs et dans d’autres contextes juste pour intoxiquer et manipuler l’opinion nationale et internationale à dessein. L’objectif, selon certains observateurs, serait de couvrir d’opprobres notre pays et surtout ses dirigeants actuels. L’exercice pour ces militants et activistes de l’opposition, en investissant et en inondant les réseaux sociaux  était de salir, de diffamer les autorités actuelles de notre pays et de susciter une réaction d’indignation de la communauté internationale. Ainsi donc, des images prises, par exemple, au cours des meetings du président sortant en Kenya lors du scrutin présidentiel de cette année et celles de militaires au Cameroun, rentrant dans les maisons frapper des citoyens pour des raisons que nous ignorons, ont été présentées comme celles du Togo. Triste constat également que des images montrant des individus tombant d’un pont au cours d’une chasse-poursuite par les forces de sécurité dans un autre pays furent présentées aux internautes et sur les réseaux sociaux comme étant l’œuvre des forces de sécurité togolaises.

Ces images extrêmement violentes, parfois accompagnées de messages vocaux en langues nationales, commençaient à être diffusées en masse sur Internet pour inciter à la haine, à la violence et à l’insurrection et ce, en amont des manifestations prévues.

Ces faits, destinés à attiser les tensions locales et monter les citoyens les uns contre les autres en différents points du territoire, menaçaient la sécurité nationale, selon les autorités.

C’est donc pour éviter des violences injustifiées basées sur des faits inexacts, que le gouvernement avait décidé de limiter temporairement l’accès à internet le temps d’un retour au calme et de s’assurer du déroulement pacifique des manifestations au cours desquelles les différents participants peuvent exprimer librement leur opinion.

Quel est l’intérêt de la coupure d’Internet ?

N’ayant pas aussi apprécié le fait que l’internet soit coupé pendant des jours sans éléments d’appréciation et de justifications, nous nous sommes intéressés aux mobiles qui pourraient éventuellement expliquer cet état de fait. Selon nos informations, l’intérêt de cette action était avant tout celui du maintien de la paix et de la sécurité de chaque Togolais.

En Espagne par exemple Google a bloqué une application donnant des informations sur le référendum en Catalogne interdit par le pouvoir central. Une décision du Tribunal supérieur de justice de Catalogne ordonnant à Google de bloquer toutes les prochaines applications provenant du même développeur, précise BFMTV.

Au Togo, l’Etat n’arrive pas à contrôler ni à interrompre sélectivement sur Internet. Il a été donc conduit à couper entièrement la connexion Internet dans tout le pays au nom de la sécurité nationale.
Ainsi, lors de la manifestation publique suivante de l’opposition, le mobile en ville a donc été  interrompu pendant 48h. L’internet fixe privé, des particuliers, des entreprises et des institutions est toutefois resté pleinement opérationnel.
Une fois les manifestations terminées et dès que les risques encourus par les populations sont atténués, la connectivité a aussitôt été rétablie. Chacun est retourné calmement et en toute plénitude à ses différentes activités via Internet.
Des explications fournies par les Autorités

Nous sommes conscients de l’importance de l’internet et de l’accessibilité à une connectivité de qualité pour la population togolaise. Il en va de même pour l’accès à l’information et sa diffusion, qui sont consacrés comme fondamentaux de nos jours.

Toutefois nous avons aussi le devoir de prévenir toute situation qui serait de nature à mettre en péril la sécurité nationale.

L'histoire africaine récente nous enseigne des cas que personne ne souhaite revivre. Comme au Rwanda où la « radio mille collines » a diffusé des appels à la haine et ce qui devrait arriver arrivât. Ce n’est nullement une bonne chose de rappeler cette triste histoire. Mais, si en son temps, quelqu’un avait pris le courage de couper la fréquence de cette radio, bien sûr qu’il serait traité de tous les noms d’oiseau de mauvais augure. Mais, aujourd’hui, il aurait eu raison sur l’histoire. Et l’on ne parlerait jamais de génocide dans ce pays africain.

Cina Lawson, responsable de la coupure de l’Internet ?

Certains avaient vite fait d’imputer cette responsabilité à la Ministre des postes et de l’Economie numérique, Madame Cina Lawson. Elle n’en serait pour rien si l’on considère l’aspect sécuritaire qui était en jeu. Quel devrait être son intérêt alors de couper abusivement l‘Internet à ses concitoyens, s’est demandé un observateur que nous avons approché.

Précisons que des réflexions sont actuellement en cours pour mettre en place un arsenal législatif qui, tout en favorisant la liberté d'expression, permettra de lutter contre les dérapages constatés.

Somme toute, de nos recoupements, le gouvernement togolais n’a pas coupé Internet pour pénaliser les populations. Au contraire, cette mesure momentanée visait à leur éviter toutes situations désolantes et incontrôlables. Ainsi, la coupure de l’Internet est une décision sécuritaire prise par l’Exécutif et non par Cina Lawson (Photo) qui est juste une ministre sectorielle.

En gros, lorsque les Réseaux Sociaux deviennent des outils de déstabilisation il est normal que des mesures exceptionnelles soient prises. C'est le cas, rappelons-le, en Espagne où Google a bloqué une application donnant des informations sur le référendum en Catalogne interdit par le pouvoir central sur décision du Tribunal supérieur de justice de Catalogne.

Ainsi donc, chaque fois que le besoin se fera sentir, l’Etat devra prendre ses responsabilités pour assurer la sécurité des citoyens.  Les dispositions permettant d'assurer la sécurité et la stabilité nationales seront prises et ce, dans le plus grand intérêt des Togolaises et des Togolais, avons-nous appris.

Edem Koami




Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire