MALGRÉ LES MORTS ENREGISTRÉS, L'OPPOSITION MAINTIENT LA MARCHE DE JEUDI



La situation est restée tendue toute la journée de mercredi à Lomé et dans certaines villes du Togo suite à l'appel à manifestation de l'opposition contre l’autisme du gouvernement d’accéder aux revendications des Togolais. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre au cours de la journée, ont occasionné quatre (4) morts dont trois (3) à Sokodé et des blessés par balles réelles.

Devant la presse pour dresser le bilan de la journée de mercredi, le ministre de la sécurité, le Col Yark Damehane a déploré  les actes de violence enregistrés par endroit et a condamné la mort d'homme notamment un enfant de 12 ans à Lomé.

Ces violents affrontements conduisant à des morts auxquels l'on assiste ces dernières semaines, d'après le ministre Yark, tirent leurs origines de "l'intransigeance et l’extrémisme des uns et des autres".

A la question de savoir qui est l'auteur de la tuerie, le ministre a décliné toute responsabilité car dit-il " les forces de l’ordre ne sont pas les seules à détenir des armes donc difficile de dire qui a tiré".

Ceux que l'on appelle "les miliciens" perçus en grand nombre toute la journée de mercredi, ne le sont pas à en croire le Col Yark.

"Les personnes en civile aperçues avec grenade lacrymogène sont de l’opération entonnoir" a-t-il rassuré.

"Généralement c'est à partir des vendeurs de carburant que les manifestants se procurent de quoi pour incendier les biens publics et brûler les pneus", a-t-il expliqué.

Du côté de l'opposition, malgré les violences enregistrées, elle maintient son mot d'ordre. La lutte continue et la journée de jeudi aussi s'annonce tendue.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire