CHRONIQUE POLITIQUE DE FIRMIN TEKO-AGBO, TOGO : A L’UFC, LES AIGRIS VEULENT REGNER !!!



Il a rencontré Faure Gnassingbé en fin de semaine dernière. L’avenir de l’UFC et autres au menu. On y revient à la fin de la Chronique.  Ils auraient aussi parlé de ceux qui lui mènent la vie dure au sein de sa formation politique.  Ils sont très peu et veulent désormais  occuper le premier rang. Ils veulent être les futurs décideurs de l’Union des Forces de Changement.  Ils ne sont plus en harmonie avec le Pouvoir. Ils veulent être promus et avoir plus d’avantages et de facilités. Mais le Pouvoir les ignore. Et ils deviennent aigris.  Et depuis des mois, armés de frustrations ils bousculent, agacent leur président Gilchrist Olympio, le somment  de se retirer de l’Accord historique signé avec le Régime ou de dénoncer la mauvaise foi du Pouvoir et de retourner dans la rue. Se voyant déjà  approcher leur tombe politique, ils choisissent régler des comptes au Pouvoir avant tout adieux à la Politique. Une seule arme pour pouvoir  le faire : reprendre le discours populiste. Olympio fatigué,   choisit de jouer au « Laboureur et ses enfants » pour les faire rêver  sachant bien qu’ils n’iront pas loin.  Il faut donc un discours qui manipule la masse et qui détourne bien l’attention !

Sa vie moins paisible ces derniers mois.  Des vieux non trop loin de son âge le perturbent. Ils sont préoccupés par leur propre avenir. Ils accusent quotidiennement leur patron de ne  leur avoir pas fait suffisamment profiter de l’accord signé avec le Pouvoir. Ils demandent à Gilchrist Olympio de faire pression sur le Président de la République pour qu’il les inscrive sur la liste du futur Gouvernement ou leur confie des postes juteux. Soit il reste à la tête et désavoue publiquement le Président Gnassingbé, soit il quitte la tête du parti en renvoyant tout le monde dans la rue.  Reprendre le manteau du populisme. Olympio pensif, anxieux et parcourant toute sa vie de lutte difficile dans son esprit s’aperçoit de nouveau que certains de ceux qui l’entourent sont toujours guidés par leur intérêt personnel et s’obstinent toujours à vivre dans l’irréalisme. Triste dans l’âme et avec à l’idée de jouer au bon père de famille, et un peu nostalgique de ses années de gloire il décide de leur servir le plat voulu avec un plan bien caché.

          La branche aigrie de l’UFC que Gilchrist Olympio soutiendrait par la nuque

Ils sont au nombre de deux voire trois (3).  
Elliot Ohin. Ancien Ministre des Affaires étrangères. Le plus gros bénéficiaire de l’Accord RPT/UFC signé en 2010. Toujours Ministre. 7 ans au Gouvernement. Il aurait joué un grand rôle dans la vie de l’Iran face aux Nations-Unies. Le feu Colonel Kadhafi aurait été très généreux avec lui. Il n’a fondamentalement rien fait pour son parti, encore moins pour son patron Olympio. Depuis plus de 3 ans déjà, il ne cotise plus pour le parti. Il en veut au Pouvoir. Parce que tout d’abord le Régime l’a humilié. Ministre sans portefeuille et sans bureau. Il squatte chez le premier Ministre. Ensuite, le Régime cherche à l’éjecter. Une chose est sûre, son nom ne figurera plus sur la liste du prochain Gouvernement. Il est fini. Gilchrist Olympio ne peut plus rien faire pour lui. De quoi vivra-t-il ? Le parti pourrait le sauver. Il veut occuper la présidence du parti. Elliot Ohin veut être Président de l’UFC les mois à venir. Sachant que la popularité du parti est enterrée depuis plus de 7 ans. Il préfère prendre le manteau populiste.  
Dr Pierre Djimongou. Il veut aussi faire partie de la future nouvelle classe dirigeante du parti. Lui aussi très fâché contre le Pouvoir. Il se dit qu’il n’a rien profité de l’Accord politique du 26 Mai 2010. Il a toujours fait des pieds et des mains pour être nommé Ministre ou être nommé à un poste qui pourrait vraiment changer sa vie. Faure Gnassingbé toujours indifférent. Ce qui l’énerve. D’aucuns vont jusqu’à dire qu’il a une haine contre le Régime. Il n’est plus en règle avec les cotisations du parti.

Gilchrist Olympio sait que ces deux n’iront pas loin dans leurs ambitions. Il sait que les Togolais pardonnent difficilement. Et que le Peuple pour le moment ne leur pardonnera cet accord puisqu’il n’y comprend grand-chose. Il sait que le désamour entre  le Peuple et l’UFC est profond. Il sait que l’activisme, les frustrations ne payent plus. Les deux n’ayant aucune grande vision pour le parti à part l’activisme et Ablodé, il sait qu’ils s’éteindront facilement et d’ici peu et que ce sont les vrais  porteurs de vision et les Rêveurs qui sauveront ce parti. Ils sont déjà là. Mais ces vieux ne pensant qu’au présent veulent leur rendre la vie difficile et les écarter des couloirs de décision. Le Congrès s’annonce bien chaud.


Le Grand jeu Olympio

Faure Gnassingbé ne partira en 2020. Et Gilchrist Olympio le sait très bien.  Il sait aussi que le sujet relatif à l’éventuelle non- candidature du président Gnassingbé à la Présidentielle prochaine fait partie des sujets qui fâchent. Et il en a plusieurs fois discuté avec les 3 Chefs d’Etat Nana Akufo-Ado(Ghana), Alassane Ouattara (Cote d’Ivoire) et Alpha Condé (Guinée Conakry) qui sont tous ses amis et qui s’intéressent à la situation politique Togolaise depuis un moment. Et de ses discussions il a été décidé que possibilité soit laissée au Président Togolais de se représenter en 2020, en tout cas si les membres de son parti le positionnent toujours comme leur champion ou si le Peuple Togolais veut encore de lui. Question donc tranchée. Olympio sait que ce sujet  ne sera  jamais abordé dans quelques dialogues que ce soit (en tout cas, s’il arrive à avoir lieu). «  Irrecevable ! »Acceptant un peu faire le jeu de la masse et de ses amis, il veut amener l’Opposition à rêver,  à rester campée sur sa position et à l’évoquer au dialogue. Ce qui fera tout capoter. Gilchrist Olympio n’a pas oublié ses premières propositions de l’année. Et il s’y accroche.


1er Mars 2017. Gilchrist Olympio devant la presse. Il évoque les Réformes constitutionnelles et institutionnelles. « A la lumière des tiraillements et des blocages avérés au Parlement sur la question des réformes, ne serait-il pas judicieux d’en parler au peuple, seul détenteur de la souveraineté ».  Il proposait un référendum.  Et nous lui avons consacré toute d’une chronique « Que veut Gilchrist Olympio ? Un référendum pour se repositionner sur la scène ». Et dans la chronique, nous avons essayé de démontrer que le lendemain du référendum ferait de lui vice-président du Togo et que ce poste allait être créé avec les réformes.  Il n’a rien  oublié de tout cela. Même si les gens le qualifient déjà de retraité politique, il sait au fond qu’il sera toujours consulté par le Pouvoir sur des questions épineuses, vitales pour le pays. Il sera bientôt décoré par le Pouvoir. Opposant historique. Opposant le plus populaire dans l’histoire du Togo. Opposant qui continue de subir les affres de l’attentat de Soudou de 1992. Au niveau de son parti, au prochain congrès, il sera élu Président d’honneur de l’UFC.   

                                        L’Ambition Olympio


Gilchrist Olympio  sait que le Référendum est toujours d’actualité. Il sait  que du dialogue, ne sortira rien de concret, ce qui obligera le Pouvoir à consulter le peuple.  Il a juste une ambition. Ne pas partir seul. Il veut partir avec tous ceux qui ont fait les années 90, surtout ses ex-lieutenants qui l’ont trahi. Avec ce discours de masse, il veut contribuer au maintien de leur statut quo. Il veut les aider à s’inscrire plus que jamais dans la dynamique radicale sachant pertinemment que cela n’a toujours rien donné et ne donnera toujours rien. il sait que c’est la fin d’une époque. Et il est conscient que le dialogue ou le référendum va définitivement conclure politiquement leur vie. Et un peu nostalgique de ses années de gloire et mesurant un peu la portée du discours populaire, il veut leur donner la dernière chance d’être encore plus populaires. Ils peuvent alors s’inspirer de son nouveau discours et  le brandir comme un trophée de guerre.

Manipulation politique. Gilchrist Olympio en a aussi l’art. Sa sortie du 28 Novembre 2017 n’a rien à voir avec ce qu’il pense. Il ne veut rien faciliter à ceux qui l’ont combattu ou l’ont lynché à la plage en 2010. A la Présidentielle de 1993, il avait préféré la candidature du Général Eyadéma à celle d’Edem Kodjo. En 2017, ou en 2020, il donnerait tout pour que Faure Gnassingbé soit toujours au Pouvoir, surtout face à tous ceux qui l’ont induit en erreur pendant des années, qui l’ont humilié et qui l’ont trahi. Il ne permettrait jamais qu’aucun de ses Ex-Lieutenants aussi populaire soit-il d’arriver au Pouvoir. Il activerait  toujours tous ses réseaux de Chefs d’Etat d’Afrique et du Monde, ses lobbies hommes d’affaires, financiers contre lui. Gilchrist Olympio n’a pas encore pardonné. Il se dit toujours aujourd’hui qu’il aurait pu bien avancer si ses anciens amis lui faisaient un compte rendu fidèle de la situation au pays. Sa ligne politique au fait a toujours été une voie « politico-diplomatique ». Mettre ses réseaux en marche pour négocier avec le Pouvoir. Mais le mythe de son père et ses ex-lieutenants l’ont embourbé dans le radicalisme. Ce qu’il regrette jusqu’à présent.
Aujourd’hui conscient de la longévité du Pouvoir en place, il sait que seul un accord politique comme le sien signé avec le Régime en 2010 pourrait sauver ce pays. Il sait que ce Régime ne quitterait le Pouvoir que suite à une négociation. Une alternance pacifique et négociée.
Evitez de vous emporter et de crier trop vite victoire! Gilchrist Olympio a juste manipulé la masse. Il n’a nullement lâché le Président Faure Gnassingbé. Les deux Hommes se voient régulièrement. Ils se sont rencontrés en fin de semaine dernière. Et les deux auraient bien parlé de cette sortie publique. Faure Gnassingbé et Gilchrist Olympio, les deux Grands manipulateurs qui manipulent la presse et la masse à leur guise. Ils viennent encore de réussir leur coup. Ils font juste de la politique. Faire vibrer la masse, lui faire voir ce qu’elle voudrait voir, lui faire entendre ce qu’elle voudrait entendre et décider autre chose dans les coulisses. Bravo !

Firmin Teko-Agbo, Journaliste-Chroniqueur politique
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire