JEAN-PIERRE FABRE : "SI LE GOUVERNEMENT VEUT VRAIMENT APAISER LA SITUATION, IL DOIT LIBÉRER TOUS LES DÉTENUS POLITIQUES, SURTOUT LES JEUNES MANIFESTANTS, SANS EXCEPTION AUCUNE"



En conférence de presse mercredi à Lomé pour faire le point des manifestations de la journée de mardi, la coalition des 14 partis politiques de l'opposition a dénoncé le comportement des forces de l'ordre qui continue par "tabasser" la population de Sokodé et Bafilo. Elle a également dénoncé la duplicité du gouvernement qui a libéré une partie des personnes arrêtées  dans le cadre des manifestations et détenu d'autres aussi  interpellées arbitrairement.

Le gouvernement a annoncé lundi  à travers un communiqué, avoir pris certaines dispositions afin de décrisper le climat sociopolitique du pays. Au rang de ces mesures prises, l'ouverture d'un dialogue entre les acteurs politiques, la libération de 42 personnes arrêtées dans le cadre des manifestations de l'opposition, la restitution des motos saisies et la levée du contrôle judiciaire dont faisait l’objet le Chef de file de l’opposition. 
S'agissant de la libération des détenus, elle ne retient pas satisfaction de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Elle parle d'ailleurs de la "duplicité" du gouvernement togolais qui libère une partie des personnes arrêtées et détient les autres "aussi arbitrairement arrêtés ". Elle exige alors la libération de tous les détenus notamment le secrétaire général du parti PNP et l'imam de Sokodé, Hassan Mollah.
Pour amener le gouvernement à libérer les autres détenus, l'opposition annonce maintenir la pression jusqu'à satisfaction.
Selon le leader de l'ANC et chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, le gouvernement n'est pas vraiment dans la logique de l'apaisement.
"Si le gouvernement veut vraiment apaiser la situation, il doit libérer tous les détenus politiques, surtout les jeunes manifestants, sans exception aucune", précise-t-il.
En ce qui concerne l'ouverture de dialogue annoncée par le gouvernement, la coalition l'accueille favorablement mais maintient les manifestations.
"Nous ne sommes pas contre le dialogue. Mais nous allons maintenir la pression", a souligné Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la Coalition.
En attendant l'ouverture officielle du dialogue, la coalition de l’opposition poursuit sa série de trois de manifestations qui prend fin jeudi.
Esaïe EDOH

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire