LES MÉDIAS ET LA CONSTITUTION DE 1992


Quelques semaines après la tenue du colloque autour du thème: "Les réformes constitutionnelles : Enjeux et perspectives", les organisateurs dudit colloque ont livré ce vendredi les conclusions et recommandation de l'assise à la presse nationale. C'était également le lieu d'édifier les professionnels des médias sur leur rôle en périodes de crise.

"Constitution de 1992", c'est l'expression qui fait la Une de l'actualité togolaise et la pomme de discorde entre le parti au pouvoir et l'opposition. Alors quelles sont les forces et faibles de cette constitution ? Y-a-t-il possibilité de la remettre en vigueur comme la réclame l'opposition ? Ces questions ont fait l'objet d'un colloque en octobre dernier à Lomé.

Au terme de la rencontre, d'imminents universitaires et juristes qui ont pris part au colloque, se sont convenus de l'impossibilité du retour à la C92.

Cette conclusion, ont-ils fait savoir aux professionnels de la communication, " pas synonyme d'un parti pris mais ressort des dispositions juridique ". Ils ont ensuite fait comprendre que la traduction des dispositions juridiques diffèrent des juristes selon leurs bords politiques mais là n'est une raison pour le journaliste de se lancer dans des interprétations.

Initiateur de cette rencontre avec la presse, le professeur agrégé de droit et président de l’Université de Lomé, Dodzi Kokoroko, salue  la constitution de 1992 comme une avancée mais la trouve perfectible.

"…, devant les mensonges, les intox et les banalités de mauvais sens et de mauvais goût de certains journalistes et acteurs politiques, il me semble que la vérité doit être rétablie. (…) Quand le journaliste évoque la rétroactivité de la loi, l’immédiateté ou la modulation de la loi constitutionnelle dans le temps, disons-nous certaines vérités que de banalités racontées" a-t-il déclaré.


Également au cours de cette rencontre de restitution, les journalistes ont été édifiés sur les fondements juridiques de la nation togolaise.


Esaie EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire