LORENZO - FTF - SERGIO SPORT, BRÈCHES COLMATÉES?



Dimanche 15 octobre 2017, le public sportif togolais sevré depuis quelques mois de spectacle de l'élite du foot répond avec empressement et enthousiasme au rendez-vous d'avant saison mettant en lice les deux meilleurs clubs de la saison écoulée. Semassi de Sokode et AS Togo Port de Lomé croisaient donc les fers dans une fumante opposition comptant pour la finale de la Super Coupe du Togo, un événement Sergio Sport, qui signait sa deuxième édition.
  
"Sous le haut patronage du ministère de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique et le parrainage de la FTF, Sergio Sport présente Super Coupe des champions du Togo" pouvait-on lire des jours avant sur les différentes affiches annonçant l'événement. Ce texte, au-delà des mots cache pour les initiés un symbole très fort d'unité retrouvée, de liens recousus, de famille reconstituée. Ce 15 octobre, si Semassi et AS Togo Port étaient contraints d'assurer le spectacle et tenir les clés du match pour s'offrir le trophée et l'enveloppe de deux millions pour le vainqueur, trois acteurs livraient dans les tribunes, à leur corps défendant,  un spectacle qui ne dit pas son nom, mais très suivi avec attention par les férus du foot.

En effet, bien de regards étaient braqués particulièrement sur le ministre Guy Madze Lorenzo des Sports et  le président de la FTF, le Col. Guy Akpovy, mais également sur Serge Tété Benissan, patron de Sergio Sport. Preuve, à son arrivée à la loge officielle, M. Lorenzo a salué tous, excepté le président de la FTF, un saut de mains tendues qui subitement a commencé par alimenter les discussions dans les tribunes. ''Ceux-là continuent leur guerre? Et en plein jour comme ça, le ministre ne peut pas cacher ça un peu?'' s'emporte un supporter s'adressant à son ami. Mais très vite, les uns et les autres vont se rassurer, le ministre prend place juste à côté du président, et les deux, de par leurs échanges profonds et chaleureux, renvoyaient plutôt une belle image de complicité et d'intimité. Jusqu'à la fin de la rencontre et à la remise des récompenses, les regards n'ont pas quitté ces acteurs, leurs faits et gestes scrutés de près. 

Dans l'ensemble, cette soirée a permis de suspecter un nouveau vent d'unité qui soufflerait sur les relations FTF-Sergio-ministère des Sports. Il ne peut en être autrement, parce qu'il n'y a pas de raison, qu'au  nom de l'intérêt supérieur de notre football, que des acteurs aussi importants ne puissent fumer le calumet de la paix. Faisons économie de tout ce qui a pu gangréner cette relation, évitons de situer les responsabilités, parce que ce qui doit unir les acteurs du football doit être plus fort que ce qui les divise ou peut les diviser. Sergio Sport, qui habillait pour cette super coupe les deux équipes, petit à petit, franchit les caps et se fraie son chemin pour s'imposer sur l'échiquier des équipementiers.

C'est dire qu'aujourd'hui, la FTF et Sergio Sport, dans une dynamique unitaire, peuvent impacter très positivement le développement du foot national, et le ministre Lorenzo, en ouvrant les vannes d'une collaboration franche et sincère avec la FTF engage le foot national sur les pistes d'un lendemain qui chante. On peut se réjouir que Lorenzo, Sergio Sport, et la FTF présentent aujourd'hui des signes d'une nouvelle masse compacte. Les brèches colmatées, pour la bonne cause.  

*LA SYMPHONIE, N° 106 du 30 Octobre 2017*
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire