L’UL DONNE ENVIE D’Y ETRE POUR ETUDIER


Pluridisciplinaire, progressiste, humaniste, moderne, exigeante, l’Université de Lomé (UL) est riche de son histoire, de ses origines diverses, de ses cultures et de ses talents.
Soucieuse de s’adapter au contexte sans cesse en pleine évolution de l’enseignement supérieur, l’Université de Lomé fait désormais peau neuve, sous l’impulsion de sa nouvelle équipe dirigeante avec à sa tête le Pr Dodzi Kokoroko.
.
« La motivation principale de la rénovation du campus universitaire, c’est le bon sens parce que, l’état dans lequel se trouvaient les infrastructures à l’université de Lomé, laissait à désirer et n’était pas à la hauteur des standards internationaux, en matière universitaire. Donc l’université a pris le parti d’apporter une plus-value à l’existant », a indiqué M. Ayewouadan Akodah, Agrégé des Facultés de droit et Directeur des Prestations de Service et des relations avec le monde du travail.

Quand on parle de la rénovation de l’université, a-t-il poursuivi, il me semble qu’il faut avoir une lecture plus globale de la chose. C’est à dire une lecture de l’académique et de l’infrastructurel. Aujourd’hui ce qui est visible, ce sont les infrastructures qui sont en train d’être rénovées.

« Il y a également un travail qui est en train d’être fait au niveau de l’académique c’est-à-dire de l’offre des formations et de comment elles seront déroulées. Pour nous c’est le bon sens qui a motivé ces travaux de rénovation pour permettre à l’université d’être au niveau qui devrait être le sien », a-t-il martelé.

Le plan directeur de développement de l’université de Lomé élaboré et adopté en juillet dernier, faut-il le souligner, demeure le porte-étendard des ambitions affichées à l’horizon 2020.

Trois grands défis déjà relevés.

Le premier défi a été la sécurisation du campus. Un mur de 3500 m de longueur a été érigé tout autour. Les entrées sont désormais contrôlées. Le tracé, l’aménagement, le bitumage des principales voies sur le campus sont aussi une réalité. La délimitation géographique du campus universitaire conformément au plan directeur de développement adopté structure ainsi les grands projets universitaires.

Le second défi a été celui de la rénovation des infrastructures du campus de Lomé. Les amphithéâtres 600, 20 ans et 1000 ainsi que l’auditorium du campus universitaire ont été les premiers à accueillir les coups de pinceaux et autre travaux de rénovation. Les tables et bancs ont été réparés ou carrément remplacés.

Le matériel de sonorisation a été réinstallé et le sol carrelé. Les plafonds délabrés ont été refaits. La rénovation de l’existant n’a pas  pour autant régler le problème du sous- dimensionnellement infrastructurel. Aussi des agoras neuves d’une contenance d’ensemble de plus de 700 places sont construites pour désengorger les amphis.

Le troisième défi a été celui de l’amélioration de la vie universitaire. Des aires de repos ont été ainsi aménagées, des reposoirs, des solitaires et des tables de réunion ont été dès lors installés. L’emblématique restaurant universitaire connait une cuire de jouvence et va reprendre service.

La pédagogie et la recherche ne sont pas la cinquième roue du carrosse universitaire. En  témoignage, la réception de la bibliothèque universitaire et sa dotation en ouvrages récents. La connexion des étudiants est désormais une réalité grâce à la disponibilité du WIFI haut débit.

Il en est de même pour l’adoption de nombreux textes ambitieux qui structurent le cap de bonnes pratiques académiques.

« Nous sommes très contents de voir le campus universitaire connaitre une grande rénovation. A notre retour des vacances tout ce que nous voyons comme changement nous procure une grande satisfaction. Nous ne pouvons que remercier les autorités universitaires et les encourager à mettre plus davantage à l’aise les étudiants », a confié Kondi Samuel DJAMBOTE, étudiant en sociologie.

L’un d’être un achèvement, il s’agit pour l’équipe dirigeante, d’un point de départ pour hisser l’université de Lomé au niveau des universités les plus performantes. Cette ambition nécessite évidemment beaucoup de moyens et surtout le concours de tous. Les chantiers à venir sont immenses.

Sans être exhaustif, l’on peut citer la réfection et la construction des résidences universitaires, la finalisation du bitumage, la construction d’amphithéâtres, de gymnases et d’aires de sports, la gestion des eaux fluviales, la desserte des axes sud et nord du campus.

L’université de Lomé demeure plus que jamais la fierté et l’avenir de la nation togolaise toute entière.


Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire