OPÉRATION "DOS A LA MER" DE TIKPI ATCHADAM POUR DÉSTABILISER LE TOGO



De la nécessité d’étouffer dans l’œuf, ce plan méphistophélique. La situation sociopolitique actuelle au Togo ne cesse de prendre chaque jour des proportions et des tournures inquiétantes malgré le bras tendu des autorités togolaises en faveur d’un dialogue inclusif et sincère entre les filles et fils du pays. Démarche soutenue  par la communauté internationale. Malheureusement, la position de plus en plus radicale, et sournoise de Tikpi Atchadam  de détruire le pays ne cesse de monter d’un cap. Sa dernière trouvaille pour assouvir ses envies terroriste et Jihadiste, reste sa fameuse  opération dite de "Dos à la mer" lancée vendredi 27 Octobre dernier à travers un discours audio à la manière des chefs terroristes du Boko haram et de l’EI sans oublier la nébuleuse Al-QUAIDA qui ne s’exprimaient qu’à travers des audio préenregistrés. Ce revirement terroriste que prend la crise togolaise, doit interpeller à bien des égards, les premières responsables du Togo et la communauté internationale afin d’étouffer dans l’œuf, ce plan diabolique du leader du PNP afin d’éviter la déstabilisation du pays et de la sous-région ouest africaine.  

En effet, tout le monde croyait vraiment que la  volonté du leader du parti national panafricain Atchadam Tikpi (Photo), était le retour de la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora. Deux objectifs qui sous-tendaient la marche du 19 Août qu’il a organisé. Tout le monde même la communauté internationale trouvait en lui, à un moment donné de la crise qu’il ne voulait qu’une seule chose, l’opérationnalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles longtemps souhaitées par l’ensemble des togolais.

Malheureusement et très vite, les jours passent et tous ceux qui croyaient en lui et sa lutte, découvrent à leur corps défendant, un nouveau personnage avec des ambitions autres que la volonté des togolais, les réformes. Mais, ceci n’est pas une surprise pour les esprits éveillés qui, très tôt avaient vu en l’homme, des relents terroristes et Jihadistes même si à l’époque, ils n’avaient pas été compris et traités de tous les noms d’oiseaux. Aujourd’hui plus que jamais, les masques tombent et aussi bien les togolais que la communauté internationale, découvre réellement le vrai visage de Atchadam Tikpi et sa réelle volonté de déstabiliser non seulement le Togo, seule pays jusqu’ici épargné par les réseaux Jihadistes mais surtout la sous-région et partant toute l’Afrique.

 D'ailleurs, son audio diffusée depuis son ‘’maquis’’ comme savent le faire les leaders terroristes, nous rappelle étrangement ce que font les terroriste islamistes de l’EI, Al-QUAIDA, Boko haram et que sais-je encore. Dans cet audio, il dit clairement que le Togo sera le point de départ de ce qu’il appelle opération "Dos à la mer" pour la libération de l’Afrique. Une opération que seule lui comprend la vraie signification mais la connotation  n’est rien d’autre que sa nouvelle stratégie de déstabilisation des institutions démocratiques au Togo et dans les autres pays du continent. Tout le monde, même la France et les Etats-Unis qui avaient trouvé son appel à l’ingérence personnelle du  Président français Macron dans  la résolution de la crise togolaise comme un signe d’apaisement ne se retrouvent plus après avoir réagir promptement et favorablement à son appel en demandant l’ouverture d’un dialogue franc et sincère entre les différents acteurs politiques du Togo. 
Tikpi Atchadam, montre enfin sa vraie face.

Contre toute attente, le leader du PNP prend le contre-pied de ceux qu’il a appelé au secours en rejetant la proposition de dialogue de la France en montrant en face du monde son jeu trouble dont l’objectif n’est rien d’autre que la déstabilisation pure et simple du Togo. Ceci, à travers ce qu’il appelle opération"Dos à la mer" et exige le départ immédiat du Président de la République du pouvoir. L’objectif de cette fameuse opération "Dos à la mer", est de déstabiliser le régime en mettant le pays à feu et à sang afin de s’installer au panthéon de l’histoire politique togolaise pour instaurer et faire prospérer son idéologie basée sur l’ethnocentrisme qu’il a savamment réussi en tentant d’opposer les peuples Tem et Kabyè historiquement frères et l’intégrisme  religieux, aux relents Salafistes. 

Sinon, comment comprendre qu’en bon juriste qu’il soit, Atchadam Tikpi qui sait très bien que l’actuel président de la République Togolaise a été démocratiquement et majoritairement élu par les togolais lors d’une élection régulière reconnue et saluée par tous les acteurs et la communauté internationale, demande son départ immédiat du pouvoir alors que le mandat est en cours ? Or, contrairement à la présidentielle de 2010 que l’opposition a contestée durant 5 ans à travers marches hebdomadaires, celle de 2015 n’a pas été contestée. En le faisant ainsi, il est conscient et convaincu qu’il fait preuve de non-droit et de mauvaise foi. Il sait aussi que cette situation risque de déstabiliser aussi bien le pays que la sous-région ouest-africaine qui est sous la menace permanent des terroristes et jihadistes. 

Il est tout à fait évident que la volonté de Tikpi Atchadam est tout simplement de faire couler du sang au Togo et d’instaurer une situation d’instabilité généralisée dans la sous-région.  La situation insurrectionnelle créée par ses partisans au Ghana le samedi 28 Octobre alors que leur marche a été interdite reste une preuve tangible de sa volonté de déstabilisation de la sous-région.
    
Comment comprendre l’opération "Dos à la mer" ?

Littéralement, « Dos à la mer » signifierait s’aligner sur la plage dos tourné à la mer et marcher sur le continent, le paralyser et le détruire. Ramener dans le contexte togolais, il s’agit pour Atchadam de demander aux manifestants  de faire ‘’Dos à la mer’’ et de marcher sur les institutions de la République en détruisant et paralysant le pays. Dans ce cas, il est évident que ce monsieur à des idées machiavéliques et diaboliques et ne prône rien que violence et barbarie comme l’ont suffisamment démontré aussi bien ses militants à Sokodé d’abord le 19 Août en brutalisant et humiliant les militaires et le 16 Octobre en égorgeant sans cœur ni foi deux militaires assis tranquillement à leur poste de fraction que lui-même à travers ses déclarations va-t-en-guerre. Des actes qui renvoient à ce que font  si bien les hommes de Boko haram au Nigéria et au Cameroun. Pour réussir sa manœuvre extrémiste, Atchadam aurait trouvé les moyens nécessaires pour y arriver. 

D’où vient le financement de la manœuvre de Tikpi Atchadam ?

C’est vrai que certains esprits peu éveillés diront que le leader du PNP a profité d’une situation de mécontentement et de misère généralisé des togolais en générale et des jeunes en particulier. Cependant, il y a des faits qui ne trompent pas et qui font croire qu’il y aurait des sources de financement extérieurs qui lui permettent de faire assouvir sa soif de par le monde en vue de la mise à feu et à sang du Togo. Ceci dans le but de fragiliser définitivement la sous-région dans la mesure où le Togo grâce à son port en eau profonde et son aéroport ultramoderne, constitue la porte d’entrée et de sortie pour  la sous-région ouest africaine surtout pour les pays de l’hinterland où les terroristes règnent en maitres. 

Instaurer donc un climat d’insécurité au Togo, laisserait libre court aux criminels de tous genres de faire leur loi dans la sous-région comme c’est le cas dans la corne de l’Afrique grâce à l’instabilité de la Somalie après la destitution  de l’ancien président somalien Muhamed Siad  Barré en 1991 et l’installation des Shébab dans cette zone de l’est de l’Afrique.  Il y a donc lieu de se poser la question à qui profite le crime, entendu la déstabilisation du Togo et partant de la sous-région ? La réponse est sans équivoque, les Jihadistes et elle répond implicitement à celle des sources de financement du PNP. 

S’il est évident que les criminels terroristes islamistes et Jihadistes tireraient énormément plaire et profit de voir le Togo, premier pays à intervenir au Mali pour empêcher l’instauration d’un califat ou Etat islamiste Jihadiste dans ce pays, financer une béquille radicale au sein d’une opposition bancale et économiquement faible pour déstabiliser le Togo ne saurait être difficile pour ces hommes sans foi ni loi dont l’envie est de faire de la sous-région ouest africaine, une zone de non-droit et de non loi où ils seront les seuls maîtres à bord. Ceci  à cause de son ouverture sur la mer qui pourrait être le théâtre des trafics de tous genres.
    
Que faire pour éviter le chaos dans la sous-région ouest-africaine ?
  
A cette allure, les premières autorités togolaises et la communauté internationale devront et doivent prendre des mesures draconiennes afin d’étouffer les plans machiavéliques de déstabilisation de l’Afrique de Tikpi Achadam avant que ceux-ci n’aient le temps de prospérer. La situation du Mali où l’on a laissé de petits groupes se radicaliser alors qu’on pouvait les étouffer plutôt, doit servir d’exemple pour le cas du Togo. 

Ainsi, les premières autorités togolaises, l’armée, la Gendarmerie et la police doivent prendre le plus vite que possible leurs responsabilités en jouant leurs rôles régaliens qui sont la protection et la préservation de l’intégrité territoriale du Togo, la sécurisation des institutions de la République, des personnes et leurs biens. Il en va de même pour la communauté internationale à savoir la CEDEAO, l’UA, l’EU, les USA et l’ONU sans oublier la justice internationale. Ils devraient se plancher résolument et rapidement sur le cas du leader du PNP qui fait l’apologie de la violence et qui prône la destruction des institutions démocratiquement établies.

Sinon, laisser prospérer les manœuvres méphistophéliques de ce monsieur qui se radicalise chaque jour davantage, c’est laisser libre court à l’enracinement du terrorisme, du Jihadisme et l’extrémisme religieux  dans la sous-région ouest africaine au moment où la communauté internationale peine à venir à bout des autres foyers de tensions instaurés dans plusieurs zones monde comme en Syrie, en Libye, au Nigéria, au Mali, en Somalie, au Kurdistan Irakien par ces Jihadistes.

Koami Edem




Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

1 commentaires:

  1. vs devez etre un malade si on considere que vous etes de marbre ds la situation que vivent les togolais et surtout daller jusqu'à qualifié qqun de terroriste parcequ'il vous derange et surtout quil est du nord. le propblm du Togo cest des gens comme vous

    RépondreSupprimer