SELOM KLASSOU : "AUCUN IMAM, DIGNITAIRE OU CROYANT DE L’ISLAM NE DOIT ETRE INQUIÉTÉ NI MENACÉ D’UNE MANIÈRE OU D’UNE AUTRE SUR LA TERRE DE NOS AÏEUX…"


Quelques semaines après qu'il ait eu un entretien avec les imams de Lomé, le premier ministre Selom Klassou a échangé samedi à Kara avec les leaders religieux musulmans des régions de la Kara et des Savanes. Le rôle des imams pour le retour de la paix sur la terre de nos aïeux qui est secoué par une crise politique, était au centre des échanges. 


C'est en présence des membres du Bureau Exécutif de l’Union Musulmane du Togo, des ministres Yark Damehane de la Sécurité et de la Protection Civile et de Payadowa Boukpessi de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, que s'est déroulée la rencontre.

Rentrant dans le vif du sujet, le premier ministre Klassou a rassuré la communauté musulmane qu'elle n'a pas à s'inquiétée de quoi que ce soit. "Aucun imam, dignitaire ou croyant de l’Islam ne doit être inquiété ni menacé d’une manière ou d’une autre sur la terre de nos aïeux. Il n’y aura pas d’amalgame" a indiqué le Premier Ministre qui appelle par la suite les imams et toute la communauté musulmane en général à la culture de la paix et à la tolérance comme l’a prescrit dans le Saint Coran.

En guise de solution à la crise que traverse le Togo, le Chef du gouvernement a préconisé le dialogue entre les acteurs politiques car dit-il, "tout conflit et différend se règlent par le dialogue et non par la violence". 

Pour parvenir à la stabilité du pays, Selom Klassou (Photo) a invité les imams et la communauté musulmane et à travers eux tous les Togolais à se mettre ensemble pour défendre la paix, car elle est un bien commun et nécessite une défense commune.

Cette démarche du Président de la République et du gouvernement, a été saluée par les imams qui ont exprimé leur engagement à œuvrer ensemble avec le gouvernement pour aller vers l’apaisement et le vivre ensemble afin de retrouver un climat favorable aux réformes institutionnelles et constitutionnelles voulues par tous.

Cette rencontre, intervient suite au prêche de l'imam de Sokodé qui aurait appelé à la haine et aux violences.


Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire