DES LEADERS DE LA COALITION DE L’OPPOSITION CHEZ NANA AKUFO-ADDO


Alors qu’il était question d’un dialogue pour une sortie de crise, certains leaders de l’opposition sont actuellement à Accra au Ghana pour rencontrer le président  Nana Akufo-Addo, l’un des médiateurs de la CEDEAO dans la crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis le 19 août. Il s’agit de Brigitte Adjamagbo-Johnson, Tikpi Atchadam et Jean-Pierre Fabre qui sont dans la capitale ghanéenne  pour faire le point de l’évolution de la crise avec Nana Akufo-Addo  et de réitérer leur position pour ce qui concerne un médiateur pour la tenue du dialogue annoncé par le gouvernement depuis le 6 novembre dernier.


De mémoire, au retour d’Abuja ou s’est tenu le 52em sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, le pouvoir de Lomé récuse toute médiation dans la crise et soutient un éventuel dialogue inter-togolais, qui serait recommandé par la Communauté.

Une nouvelle posture du pouvoir que ne partage l'opposition qui continue par réclamer une médiation ou facilitation extérieure avant le début de toutes négociations. D’ailleurs au point de chute de la marche de mercredi, le chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre n'a pas manqué de réitérer cette position des 14 partis de la coalition.

"Seul un médiateur fera l’affaire", a-t-il insisté.

Et aussi, ils (les responsables des 14 partis)  accusent le pouvoir de Lomé d'être responsable de la durée de la crise. Pour eux, le gouvernement aurait pu créer les conditions adéquates et ouvrir le dialogue. Mais ce n'est pas le cas.

Si la population est dans les rues en ces moments de fêtes de fin d'année, c'est également la faute au gouvernement à en croire le président intérimaire du parti des Togolais (PT), Nathaniel Olympio.

"Tant que ce régime ne va pas montrer un signal qui va montrer aux Togolais qu’il a la volonté de trouver une solution durable à la crise, la pression sera accentuée parce que c’est le seul outil que la constitution met à la disposition du peuple togolais" a-t-il lancé.
Ainsi à Accra, ces leaders de la coalition convaincront le président ghanéen de faire pression sur le régime de Faure Gnassingbé pour l’ouverture du dialogue avec sous les houlettes d’un médiateur.
Rappelons qu’ils seront de retour à Lomé pour participer à la manifestation de samedi.
Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire