DIALOGUE POLITIQUE : LE GOUVERNEMENT FAIT UN NOUVEAU PAS



Le gouvernement togolais représenté par  les ministres Gilbert Bawara de la fonction publique, Yark Damehame de la sécurité, Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, Pius Agbetomey de la justice, Guy Lorenzo de la communication et Moustapha Mijiyawa de la santé, a animé jeudi à Lomé une conférence de presse. C'était l'occasion pour le gouvernement de faire le point sur la situation politique du pays et de se prononcer sur les mesures d'apaisement prises notamment pour l'ouverture d’un dialogue inclusif entre tous les acteurs politiques.
 
Face à la tension politique qui prévaut dans le pays, le gouvernement togolais a annoncé en date du 6 novembre dernier la prise de certaines mesures telles que la libération de 42 détenus dans l'affaire des manifestations, la levée de contrôle judiciaire sur la personne du chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, l'ouverture de dialogue... afin d'apaiser les esprits. S'agissant du dialogue dont tous s'interrogent sur la date exacte de sa tenue, le gouvernement a apporté des précisions au cours de la rencontre avec la presse.
En termes de disposition prise pour accélérer le processus devant amener au dialogue, le gouvernement écoutera dans les prochains jours les différents acteurs politiques.
"Dans ce but, le gouvernement va adresser des invitations aux principaux représentants (des partis politiques de l'opposition) afin de les convier à des consultations visant à recueillir leurs suggestions concernant le format et les modalités du dialogue", indique la déclaration liminaire.
Ceci s'inscrit dans la droite ligne de l'atelier national du HCRRUN qui a été suivi par une tournée nationale de la Commission de réflexion sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles. La tournée qui malheureusement n’avait pas pris fin avant le déclenchement de la crise.
D'après le ministre Gilbert Bawara, écouter les différents acteurs politiques avant l'ouverture du dialogue, permettra aux deux parties de se fixer sur l'ordre du jour. Cela témoigne par ailleurs de la volonté du gouvernement à sortir le Togo de la crise.
"Le gouvernement ne cessera de manifester sa volonté d’ouverture et d’apaisement pour favoriser une normalisation complète de la situation sociopolitique dans notre pays"  a affirmé Gilbert Bawara.
Toujours dans le but de favoriser un climat favorable à la tenue du dialogue, le gouvernement a annoncé la reprise des  manifestations dans les villes de Sokodé et Bafilo, mais de façon "progressive". Cela suppose que le gouvernement entamera des discussions avec les leaders de l'opposition en vue de l'organisation des manifestations pacifiques dans ces deux localités.
Ces nouvelles dispositions sans équivoque est un pas de plus du gouvernement. Reste à savoir si elles conviennent aux demandes de l'opposition dont la réaction ne tardera pas  à se faire connaitre. 

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire