FODDET PLAIDE POUR LA RATIFICATION DE LA CDE EN FAVEUR DES ENFANTS



La mise en œuvre du projet "Suivi des droits de l’enfant et recevabilité de l'État au Togo" initié par FODDET, a fait l'objet d'une rencontre d'échanges entre les acteurs de la société civile et le gouvernement vendredi à Lomé. Il était essentiellement question pour les participants de prendre connaissance de la position du gouvernement par rapport à la ratification du troisième protocole facultatif à la Convention des Nations Unis pour le Droit des Enfants (CDE).

Cette rencontre d'échanges, organisée par FODDET et ses partenaires, a réuni une cinquantaine d'acteurs impliqués dans la protection de l'enfant et les autorités gouvernementales. Elle a permis aux participants de faire le point sur le processus d'élaboration des rapports sur la CDE et ses protocoles additionnels et sur la CADBE. C'était aussi le lieu d'identifier les enjeux et les pistes d'amélioration des acquis du troisième protocole facultatif à la CDE.

Afin de permettre aux participants d'échanger, d'apporter leurs contributions à la mise en œuvre du projet, trois communications à savoir "Plaidoyer la budgétisation sensible aux droits de l'enfant», "Plaidoyer pour l'élaboration et la soumission des rapports dus " et " plaidoyer pour la ratification du troisième protocole facultatif à la CDE concernant les procédures de communications" ont présenté et ont fait objet de débat.

Le CDE en effet," est un protocole additionnel voté par les Nations Unis en 2012 pour pouvoir donner la possibilité aux enfants dont les droits sont violés dans les différents pays membres de saisir les nations unis pour défendre leurs droits. Donc c'est un protocole de communication" a expliqué le président de FODDET, Paul Yao Dotsè.

Ce protocole, malgré son importance n'est toujours pas encore ratifié par le Togo.

"Le Togo bien qu'il soit membres des nations unis ne l'a pas encore ratifié voilà pourquoi le FODDET est en train de plaider auprès du gouvernement pour sa ratification", a-t-il précisé.

Initié par le FODDET, le projet bénéficie de l'appui technique et financier de plan international Suède.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire