GILBERT BAWARA APPELLE LES PARTIS POLITIQUES A REPONDRE AUX CONSULTATIONS DU GOUVERNEMENT



Le vendredi 8 décembre dernier, le gouvernement togolais a annoncé une consultation des acteurs politiques en prélude au dialogue pour sortir le Togo de la crise. Sur les ondes de la radio victoire FM, le ministre Gilbert Bawara (Photo) de la fonction publique a apporté plus de précision sur cette consultation.
 
Cette consultation annoncée par le gouvernement sera un cadre où seront recueillies les différentes préoccupations des protagonistes de la crise politique du Togo. A cet effet, des invitations sont déjà envoyées aux différents partis politiques.
"Il s’agit de recueillir les points de vue et les suggestions sur la manière dont les gens voient le dialogue et de s’assurer que la réflexion et la préparation du dialogue se passent non pas de manière unilatérale", a-t-il précisé.
"Quelle que soit la manière dont ces consultations vont se dérouler et leur issue, il va falloir se mettre très rapidement autour d’une table et commencer les discussions", a-t-il poursuivi en invitant tous les partis politiques à répondre à cet appel.
A propos du dialogue proprement dit, il rassuré qu'il y aura pas de questions tabous lors du débat. L'essentiel est que les uns et les autres aient d'arguments convaincants pour soutenir leurs positions.
"Quand on sera autour d’une table, chacun dira ce qu’il pense et on essayera de trouver des solutions qui soient conformes à l’intérêt de notre pays", a-t-il indiqué.
Pour le ministre Bawara, les Togolais ne doivent pas attendre un médiateur étranger pour résoudre la crise politique du Togo 
" Le travail que nous faisons, nous le faisons pour le pays et dans l’intérêt du pays. Les présidents Guinéen et Ghanéen n’ont pas que la situation du Togo à prendre en compte, ils ont aussi, même parfois des problèmes difficiles chez eux. Pendant combien de temps ils seraient à nos côtés ?", s'est interrogé le ministre Bawara.
Dès l'annonce de la consultation vendredi dernier, la coalition des 14 partis s'est montrée indifférente. Elle dénonce le jeu de "juge et partie " de la part du  gouvernement qui est pour elle l’un des protagonistes de la crise.
En attendant cette phase de consultation, l'opposition tient à sa série de trois jours de manifestation les 13, 14 et 16 décembre prochains.
Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire