LE MJU, POUR PLUS DE MOBILISATION DE LA JEUNESSE DU PARTI AU POUVOIR



Au moins 600 jeunes du parti au pouvoir Union pour la République (UNIR) venus de tous les  horizons du pays se sont réunion ce vendredi 8 décembre à Dapaong (ville située à 650 km, de Lomé la capitale) pour le tout 1er congrès du Mouvement des Jeunes Unir (MJU), qui sera présidé pour les 5 prochaines années par Kanka-Malick  Natchaba.

Placé sous le thème : «  Jeunes UNIR, mobilisés et en gagés pour un développement durable », ce  congrès  a été l’occasion pour les jeunes du parti de définir de mieux s’organiser pour le mieux-être  économique social et politique des jeunes et de  doter  le mouvement d’organes de  direction pour face aux défis et enjeux qu’ils auront  à relever  pour le développement harmonieux et durable de la jeunesse.

Ayant pour délégué général, le militant Kanka-Malick  Natchaba, le bureau du  Mouvement des Jeunes Unir (MJU) est composé de 13 membres dont une déléguée adjointe  en la personne de Mazamesso Assih, de Mey Gnassingbé comme délégué chargé de la coordination des sections préfectorales et de Kovi Adanbounou comme trésorier général.

Tout en remerciant le président du parti, Faure Gnassingbé pour le choix porté sur sa personne pour diriger le MJU, Kanka-Malick  Natchaba ne perd pas de vue l’immensité de sa nouvelle mission.

« Il y a cinq ans, les défis auxquels nous étions  confrontés ont connu de profondes mutations doublées d’un contexte tout aussi  complexe au plan  national et international. C’est à l’aune de ces  différentes et profondes mutations, que je mesure l’immensité de la tâche que le Président du parti a bien voulu me confier ce jour et à travers ma modeste personne à nous tous militantes et militants engagés derrière lui », a-t-il déclaré.

Notre mouvement se veut avant tout, a-t-il poursuivi une organisation avant-gardiste. En cela, nous nous devons  inaugurer une façon de fonctionner et de résoudre les différents problèmes auxquels   sont confrontés  nos militantes et militants.

« Aux défis  de structuration, d’organisation, de formation  idéologique et citoyenne, s’ajoute la nécessité d’apporter des réponses idoines aux problèmes de pauvreté, d’employabilité, de chômage et autres pris en compte dans  déclaration politique de notre parti », a-t-il ajouté.

Représentant le président du parti au congrès, le vice-président El Hadj Tairou Dagbiegue a mis l’accent sur l’importance du MJU dans le fonctionnement du parti.

« Un parti politique  doit être  à la recherche permanente de l’équilibre entre ses projets de société et les aspirations  de ses militants et des populations. Aussi, il m’est apparu indispensable après notre  congrès  statutaire de Tsévié d’installer le mouvement des jeunes du parti UNIR(MJU) », a-t-il souligné avant de poursuivre  que :

« Nul n’ignore  l’importance  et la place de la jeunesse dans toute  société humaine. La jeunesse est l’avenir  d’une nation et vous êtes   le fondement  et la pierre angulaire du projet de société de notre parti. J’ai choisi de mettre la jeunesse togolaise au cœur du développement de notre pays ».

Aussi, il a appelé les jeunes à une maturité politique.

« Dans la perspective  d’une participation efficiente et à la vie publique et politique, vous avez l’impérieux devoir de  concilier la jeunesse et la sagesse. La nation togolaise a besoin autant de  votre vaillance  que de votre indéniable maturité politique pour les batailles et conquêtes  politiques à venir. C’est la seule et unique  façon de vous montrer la hauteur de la mission que le parti vous  confie aujourd’hui ».


« J’ai la ferme conviction  que la clé de l’essor de  notre pays se trouve  en vous  jeunesse. Vous  avez besoin des conditions favorables à l’atteinte de votre autonomie via la formation, l’insertion professionnelle et entrepreneuriat. Il est donc de mon devoir et de ma responsabilité d’œuvrer d’avantage  et d’intensifier les initiatives  en faveur de la promotion de la jeunesse », a-t-il conclu.

Rappelons que le  congrès du MJU s’est déroulé une semaine après celui des femmes tenu à Kpalimé et la fin a été marquée par une caravane qui a sillonné la ville de Dapaong.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire