SANS MÉDIATION LA COALITION RISQUE DE BOYCOTTER LE DIALOGUE INTER-TOGOLAIS ANNONCÉ PAR LE GOUVERNEMENT



Depuis l'annonce du dialogue par le gouvernement le 6 novembre dernier pour sortir le Togo de la crise qu'il traverse, opposition et parti au pouvoir tardent à s'accorder sur les conditions de la tenue de ces assises de négociation. Pendant que l'opposition réclame la médiation d'un chef d'État de la sous-région, le pouvoir se montre favorable à la résolution de la crise entre togolais.

En attendant la fixation de la date exacte de l'ouverture du dialogue, les protagonistes continuent par se tirailler sur les contours de la tenue de ces assises qui est d'ailleurs de trop selon les leaders de la coalition des 14 partis politiques. Ils estiment par ailleurs que la médiation ou la facilitation venant de l'extérieur serait un atout favorable pour la réussite de cet énième dialogue. Un avis que le pouvoir ne partage pas.

"A l’issue de toutes les initiatives dans lesquelles se sont investis les présidents ghanéen et guinéen, les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont estimé que les conditions sont maintenant remplies pour que les togolais engagent un dialogue inter-togolais", a soutenu Gilbert Bawara lundi sur les ondes de la radio Kanal FM. Il rappelait ainsi à l'opposition que l'idée d'un dialogue inter-togolais ne vient pas du gouvernement mais des chefs d'États de la CEDEAO qui ont entre-temps joué un rôle de médiation dans les coulisses. 

La responsabilité qui incombe désormais aux chefs d'État de l'espace CEDEAO, est de veiller pour éviter toute forme de blocage lors des négociations.


"La seule chose que la conférence a demandé, non pas aux chefs d’Etat ghanéen et guinéen, mais en y ajoutant les présidents béninois et burkinabè, c’est de continuer à suivre la situation au Togo et chaque fois que de besoin, d’aider à surmonter d’éventuels blocages", a souligné le ministre Bawara.

En soutenant le dialogue inter-togolais, le gouvernement, d'après le ministre Bawara, mettra tout en œuvre pour sa réussite et n'entend pas céder aux exigences de l'opposition. Il opérera dans tous les cas les réformes.

"Toutes ces initiatives, ce processus des réformes, c’est dans l’intérêt général de notre pays. Même ceux qui mettront du temps à y souscrire. Même ceux qui se refuseraient à y participer, une fois que les réformes seront réalisées, ils seront les bénéficiaires", a précisé Gilbert Bawara.

A cette allure, le gouvernement risque de faire son dialogue sans la coalition de l’opposition qui réclame à cor et à cri une médiation ou une facilitation pour toute éventualité de dialogue.

Pour rappel, depuis le début de cette crise le 19 août dernier, l'opposition a déjà appelé 20 fois de suite à manifester sans réussir à "chasser" Faure Gnassingbé du pouvoir.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire