TOGO: LE JOURNALISTE CHRONIQUEUR FIRMIN TEKO-AGBO LIVRÉ A LA VINDICTE POPULAIRE



L’opposition togolaise  était  ce jeudi 14 Décembre 2017 pour la 19ème fois consécutive dans les rues de Lomé et de l’intérieur du pays comme c’est le cas depuis le 19 Août,  pour contester le pouvoir du chef de l’Etat Togolais Faure Gnassingbé. Dans les collimateurs de l’opposition togolaise depuis le début la crise actuelle au Togo, des journalistes critiques, en particulier le Chroniqueur, Firmin Teko-Agbo  a une fois encore été exposé au point de chute de la marche ce jeudi à la plage de Lomé.

En effet, depuis le début des manifestations de l’opposition togolaise pour  se dit-elle exiger le retour de la constitution de 1992 dans sa forme originelle,  le vote de la diaspora et surtout le départ de Faure Gbassingbé du pouvoir, il ne passe pas un jour où les journalistes ne font pas l’objet de menaces et d’injures de tous genres surtout lorsque la ligne éditoriale de ces derniers ne concorde pas avec celle de l’opposition. Ainsi, dans l’œil du collimateur de l’opposition togolaise depuis belle lurette, le jeune  journaliste Chroniqueur, Firmin Teko-Agbo (Photo) dont les prises de positions à travers ses chroniques qui semblent mettre à nue la mauvaise foi, la duplicité  et l’escroquerie politique de l’opposition togolaise, a été officiellement livré à la vindicte populaire lors de marche de ce jeudi 14 décembre 2017 au point de chute par l’opposition à travers le maître de cérémonie. « Il y a des journalistes chroniqueurs dont un certain Firmin Teko-Agbo qui écrit des choses contre Jean-Pierre Fabre. Ce sont des gens que le pouvoir a placé pour casser l’unicité de l’opposition. Ce Firmin, nous le voyons et nous le suivons de très près. » Tels sont  des propos tenus par le maître de cérémonie au point de chute de la marche de l’opposition togolaise. Propos suivis d’un tonner d’applaudissement de la part des manifestations pour dire que le message du chairman a été bien noté.

Cette volonté manifestement avouée d’une certaine franche de l’opposition togolaise de jeter Firmin Téko-Agbo à la vindicte populaire, fait suite à sa récente chronique intitulée « Jean-Pierre Fabre chercherait à encore tout bloquer… », Chronique dans laquelle il montre et dévoile comment le chef de file de l’opposition à travers ses gestes, faits et prises de positions  depuis des années, serait un allié objectif du pouvoir de Lomé pour duper le peuple et empêcher tout changement et alternance démocratique pacifique au Togo. Car, depuis la publication de cette chronique, il est la cible favorite des partisans de l’opposition sur la toile. 

Chose curieuse, aucun leader de la coalition des 14 partis de l’opposition présents au point de chute de la marche où les journalistes en général et Firmin Teko-Agbo en particulier, ont été publiquement livrés à la vindicte population, n’a pu prendre la parole pour dénoncer l’acte posé par le maître de cérémonie. Confirmant ainsi leur totale adhésion à l’acte posé par ce dernier.

Il convient de rappeler que suite à ces genres d’appels à la vindicte populaire, des journalistes ont  par le passé récent, été agressés par des militants de l’opposition. On a encore en souvenir les cas du correspondant de la radio France international, Peter Sassou Dogbé dont la voiture a été caillassée, le directeur de publication du quotidien Forum de la Semaine Dimas Dzikodo, des journalistes de la télévision nationale et bien d’autres journalistes. Firmin Teko-Agbo qui est déjà victime de lynchage sur les réseaux sociaux, est désormais livré à la vindicte populaire des partisans de l’opposition togolaise.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? REDACTION GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire