A TSEVIE, UNIR MONTRE SA "DIMENSION AMOUREUSE" POUR LE REFERENDUM


Ils étaient plusieurs milliers de militants et sympathisants de l’Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir à avoir pris d’assaut les rues de la ville de Tsévié, chef-lieu de la région maritime pour marquer leur soutien à la politique de paix de Faure Gnassingbé, le président de la République et leur adhésion au référendum pour les réformes politiques.

Démarrée à l’EPP Lom-Nava sur la route allant à Tabligbo, la marche pour la paix a chuté au stade Dr Kaolo où, elle a été sanctionnée par un meeting.

Dans une déclaration dite "déclaration de Tsévié", les militants du parti de la majorité ont demandé au président de leur parti et Chef de l’État de "siffler la fin de la récréation" et d’organiser le référendum pour les réformes politiques.

"Notre vision républicaine, sur fond de cohésion sociale et du vivre ensemble nous amène ainsi à demander au Chef de l’État de siffler la fin de la récréation" a déclaré la militante Afi Magnon avant d’inviter la CENI à "accélérer le processus d’adoption du calendrier des différentes consultations électorales annoncées par le président de la République".

Impressionné par la forte mobilisation des populations au cours de la marche, Emmanuel Kodjo Adédzé, vice-président Unir région Maritime à fait observer que c’est la preuve que le peuple est derrière Faure Gnassingbé et son parti UNIR et qu’il peut avancer avec le projet de référendum.

"Vous avez sifflé la fin de la récréation. Vous venez de dire clairement au Chef de l’État que nous allons au référendum. Nous transmettrons vos doléances au président Faure"  a-t-il indiqué.

Pour lui, le dialogue reste la voie de sortie de crise mais il doit être inclusif et sans préalable.
Rappelons que le parti au pouvoir s’est prêté au même exercice de marche dans d’autres villes du pays.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire