DES ÉTUDIANTS "MATÉS" PAR LA POLICE UNIVERSITAIRE



Moins d'une semaine après le lancement en grande pompe du Wi-Fi Campus par le professeur Kokoroko, président de l'Université de Lomé, Cina Lawson, ministre de l'économie numérique et Octav Nicoué Broom, ministre de l’enseignement supérieur, la guerre entre les étudiants et les autorités universitaires a repris son droit de cité. En témoigne l'AG du Mouvement pour l’Épanouissement de l’Étudiant Togolais (MEET), qui a tourné aux échauffourées entre forces de l'ordre et étudiants.


Des jets de pierres, des courses-poursuites, des arrestations et bastonnades, voilà en quoi se résume la violente scène que les étudiants et la police universitaire ont servie au monde mardi sur le campus universitaire de Lomé. 

 En effet, tout est parti d'une Assemblée générale  pour, d'après les organisateurs, analyser certaines dispositions adoptées par les autorités universitaires, et de décider par ailleurs de la conduite à tenir quant aux revendications en termes d’amélioration des conditions de vie et d’étude des étudiants. Aussitôt débutée, aussitôt les affrontements ont commencé.
"Nous avons commencé par nous rassembler quand la Police est arrivée pour empêcher les membres du bureau du MEET de prendre place au niveau de l’Amphi 600 où devra se tenir l’AG. Il y a eu quelques explications et des vas-et-viens et puis par la suite on n’a rien compris, ils ont commencé par nous disperser", témoigne un étudiant interrogé sur les lieux de l'AG.
Au terme des affrontements qui se sont poursuivis dans l'après-midi, on enregistre selon les organisateurs plusieurs blessés et des arrestations.
Il faut noter que  le MEET réclame entre autres l'augmentation des tranches, l'organisation des examens de rattrapage, l'augmentation du débit du Wi-Fi sur le campus, la classification de la licence LMD au titre que la maîtrise classique.
Nous y reviendrons !
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire